« Jeunes en scène » aura lieu samedi 24 novembre à partir de 18 h 45 au Zénith de Limoges.

Publié le 20/11/2018

Ruralite >

Musique. La troisième édition du tremplin musical « Jeunes en scène » aura lieu samedi 24 novembre à partir de 18 h 45 au Zénith de Limoges. Jérémy Frérot clôturera cette soirée entièrement gratuite.

(De g. à dr.) Caroline d’Offshorespirit (Hendaye, 64), MC Pef (Limoges), Pascale Tauzin, directrice du Zénith de Limoges, (caché derrière) Herjay (Bordeaux), Bruno Genest, vice-président de Limoges Métropole, Polo de Dirty Rodéo (Limoges), Victor d’Offshorespirit, Alex de Dirty Rodeo, Pascal Robert, vice-président de Limoges Métropole, et deux représentants du groupe Fury 1991(Brive). (Ph. Stéphane Monnet)

Pour la troisième année consécutive, les portes du Zénith de Limoges s’ouvriront, samedi 24 novembre, sur une soirée gratuite consacrée aux jeunes talents musicaux de Nouvelle-Aquitaine.

Lire la suite

Hôpital de Saint-Junien : quel accès aux soins pour les territoires ruraux ?

Publié le 15/11/2018

Ruralite > Collectivités >

Santé. Alors que des services ont fermé et que des médecins sont « partagés » avec le CHU, usagers, personnel et élus ont manifesté leur soutien à un service de santé publique complet pour l’Ouest limousin et la Charente limousine.

L’hôpital de Saint-Junien est le plus important établissement entre Limoges et Angoulême. Il dispose actuellement d’un pôle médecine-chirurgie-obstétrique et urgences, d’un service de consultations externes, d’un service d’examens (radiologie, scanner, IRM) et d’un pôle de gériatrie. « La chimiothérapie est partie au CHU » a rappelé Didier Lekiefs, secrétaire de la CGT. (Ph. E. Dueso)

« Hôpital en danger, population sacrifiée », tel était le slogan qui résonnait samedi 10 novembre, sous une pluie battante, alors que 3 000 personnes manifestaient à Saint-Junien pour un hôpital de qualité à la mesure des besoins du territoire. La population, le personnel hospitalier et les élus, à l’exception des parlementaires tous absents, ont martelé leur attachement à cet outil aujourd’hui menacé par une dégradation des conditions de soins. Pour les représentants syndicaux et les élus, le maintien de cette situation va mener à la fermeture des services les plus « techniques ».

Lire la suite

Comment retrouver sa vie après l’AVC

Publié le 14/11/2018

Ruralite > Santé >

Santé. En cas d’AVC, chaque minute compte et la priorité absolue est d’appeler le 15 sans attendre. Après la prise en charge médicale, des solutions d’accompagnement existent pour améliorer la vie quotidienne.

Àl’occasion de la journée mondiale de l’accident vasculaire cérébral (AVC), des manifestations sont organisées chaque année pour mieux informer le public. À Limoges, Annie Schwaederne, adjointe au maire et infirmière retraitée a voulu qu’un stand réunisse à la fois des informations de prévention et sur l’accompagnement des personnes après l’AVC.

L’hypertension est un des facteurs prédisposant à l’AVC. La mesure de la tension artérielle lors de la journée mondiale de l’AVC donnait une porte d’entrée pour parler de prévention. (Ph. E. Dueso)

Lire la suite

Accompagner les envies d’entreprendre

Publié le 14/11/2018

Ruralite > Emploi >

Économie. Un dispositif d’aides aux jeunes entrepreneurs qui existait en Limousin a été étendu à la Nouvelle-Aquitaine. Les 18-30 ans sont appelés à présenter leurs idées et à participer à « 110 initiatives pour les jeunes. »

Philippe Nauche, vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine avait choisi l’entreprise Onegate, implanté à Ester, pour parler du dispositif « 110 initiatives pour les jeunes ». Benjamin Laporte et Arnaud Kazubek, cofondateurs de la société devenue aujourd’hui Neop, étaient entrés dans le dispositif existant en Limousin depuis 2009 et qui a vu passer plus de 650 jeunes porteurs de projets.

Benjamin Laporte, Arnaud Kazubek, cofondateurs de Onegate et de la solution Neop, Isabelle Briquet, vice-présidente de Limoges Métropole, Philippe Nauche, vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine et Anne-Marie Almoster-Rodrigues, conseillière régionale, posent pour un petit selfie à la fin de la visite d’entreprise Neop. (Ph. Stéphane Monnet)


L’appel à idées « 110 initiatives pour les jeunes » s’adresse à tous les jeunes de Nouvelle-Aquitaine âgés de 18 à 30 ans. Pour postuler, il suffit d’avoir un projet à vocation économique et vouloir le mettre en place sur le territoire de Nouvelle-Aquitaine.

La pré-inscription à cet appel à idées s’effectue en ligne sur le site internet de la Région. L’entrée dans le dispositif offre : un accompagnement personnalisé ; l’accès à des aides financières pour affiner l’idée jusqu’à la création d’activité; une mise en relation avec le réseau de l’entrepreneuriat régional.

 

Lire la suite

Limoges inaugure la stèle du souvenir pour le centenaire de l'armistice

Publié le 12/11/2018

Ruralite > Collectivités >

Le 11 novembre 2018, pour le centenaire de l'armistice, Limoges a inauguré la stèle du souvenir : le monument aux morts de la place Jourdan s'accompagne désormais de la liste des 3009 limougeauds morts au combat.

Lire la suite

Climat : « Nous ne pouvons plus faire ce que nous faisions hier »

Publié le 06/11/2018

Ruralite >

Région. Le rapport « Acclimaterra, anticiper les changements climatiques en Nouvelle-Aquitaine » opère une synthèse entre différents travaux sur l’existant et les prospectives pour le territoire régional. Ce diagnostic doit guider les orientations politiques du Conseil régional à brève échéance.

« Le problème du changement climatique aujourd’hui n’est plus de savoir s’il s’agit d’un risque réel, mais de savoir définir et engager des actions pertinentes dans un contexte marqué par la complexité d’enjeux qui sont souvent contradictoires. Ignorer cette complexité c’est souvent se résoudre à l’inefficacité. Mais il ne faut pas non plus en faire le paravent de l’inaction. » Le rapport Acclimaterra, fruit du travail d’un comité scientifique régional, s’ouvre sur ce propos d’Hervé Le Treut, directeur de l’étude.

Commandé par la Région Nouvelle-Aquitaine, ce rapport propose de mettre en œuvre des mesures de réduction des gaz à effet de serre mais aussi d’adaptation à une hausse des températures inéluctable que l’on ne peut plus que modérer. Le phénomène devrait être particulièrement sensible dans la région. « Au niveau national, la Nouvelle-Aquitaine est l’une des régions où le changement climatique est le plus prononcé, dont témoigne l’augmentation de 1 °C de température enregistrée au siècle dernier, selon les observations de Météo France. Les prévisions climatiques prévoient jusqu’à + 4 °C d’augmentation des températures moyennes à la fin du siècle, pour les scénarios socio-économiques du GIEC les plus pessimistes. »

Émissions de gaz à effet de serre (2016)

Lire la suite

Sur Limoges, la fibre est presque partout

Publié le 05/11/2018

Ruralite > Numérique >

Fibre. Orange continue de déployer la fibre optique sur Limoges Métropole (hors Couzeix et Chaptelat) et d’annoncer que tous les foyers seront raccordables en 2022. Pour l’heure, l’essentiel des prises se situe à Limoges.

Pour Orange, le calcul était vite fait : sur les 107 000 logements de la communauté d’agglomération Limoges Métropole (hors Couzeix et Chaptelat) qu’ils se sont engagés en 2011 à raccorder à la fibre optique, plus de 82 000 sont situés sur Limoges. « Sur la ville de Limoges, une grosse part du déploiement est désormais terminée, s’est félicité Franck Aupetit, délégué régional Orange, joint par téléphone le 30 octobre. Ce que nous appelons le réseau dans la rue sera quasi fini à la fin de l’année. »

Le réseau dans la rue correspond aux équipements nécessaires à l’arrivée de la fibre dans les différents quartiers, comme les armoires (techniquement appelées point de mutualisation), les points de branchement optiques (qui permettent à un fournisseur d’accès de se brancher sur le réseau de fibre pour amener la fibre jusque dans un domicile) et les nœuds de raccordement optique (NRO), généralement hébergés dans les centraux téléphoniques.

Sur le site reseau.orange.fr, il est possible de voir si son habitation est dans un quartier où la fibre a été tirée dans la rue, si son habitation est raccordable (il faut alors contacter un fournisseur d’accès pour voir s’il propose des offres Ftth). Il est également possible, si le foyer n’est pas raccordable, d’indiquer que l’on est intéressé par la fibre.

Lire la suite

«Comment la fibre ne vous simplifie pas forcément la vie, surtout au début», par Églantine

Publié le 24/10/2018

Ruralite > Numérique >

La fibre, symbole de progrès technologique, vient d’être installée dans mon quartier, à Panazol. Depuis plusieurs mois, des techniciens de Scopelec, une entreprise spécialisée dans la téléphonie, passaient des fils, et des fils, et des fils... Et puis, un jour, des boîtiers sont sortis de terre et se sont installés sur de nombreux poteaux électriques, ceux sur lesquels les fils de téléphone normal sont déjà accrochés...

Quand Orange m’a contactée par téléphone pour me proposer la fibre, j’ai d’abord décliné l’offre. Techniquement, je ne savais pas si oui ou non l’installation était réalisable. Je devais réfléchir...

Dans la foulée, un commercial nous a visité un à un, tous mes voisins et moi. Très sympathique, il m’a convaincue de passer le pas puisque, de toute manière, la fibre allait remplacer à plus ou moins brève échéance le réseau classique. C’est vrai qu’elle présente de nombreux avantages. La box ne craint pas l’orage, les coupures de communication sont inexistantes, le débit est nettement supérieur (à condition d’avoir un ordinateur adapté bien sûr). Et puis il y avait une offre promotionnelle : le même tarif était garanti pendant un an à compter de l’installation. Bref, rendez-vous a été pris pour début juin. Et là, mes voisins et moi, un par un, nous avons vu l’installation reportée « à dans un mois », nous a-t-on dit. Si la fibre était bien arrivée dans le boîtier, le raccordement en aérien à nos domiciles respectifs nécessitait l’agrément des poteaux électriques (quand ils sont agréés, les poteaux doivent être équipés d’un bandeau métallique vert). Une étude devait être réalisée. Et bien sûr à chaque client retoqué, une étude du même poteau était relancée...

Lire la suite

Fibre : L’étrange volte-face du Département

Publié le 23/10/2018

Ruralite > Numérique >

Fibre. Après des débats houleux, le Conseil départemental a adopté un rapport demandant à Dorsal d’envisager l’initiative privée pour déployer 80 000 prises Ftth. Jean-Claude Leblois avait jusqu’ici toujours dénoncé cette option.

Réunis en séance plénière le 16 octobre, les élus du département ont adopté* un rapport demandant à l’opérateur public du numérique en Limousin, Dorsal, d’étudier la possibilité de recourir à un Appel à manifestation d’engagement local (Amel) pour fibrer la Haute-Vienne, hors jalon 1et hors zone Orange.

Jean-Claude Leblois, président du Conseil départemental, a expliqué sa nouvelle position par un courrier reçu en date du 18 septembre, dans lequel le Premier ministre lui indique qu’« aucun financement n’est garanti tant que les voies des opérateurs du privé n’auront pas été exploitées ». D’habitude moins prompt à obtempérer à une demande gouvernementale (le Département n’a pas signé le pacte de confiance voulu par l’État), le président a également indiqué : « J’ai toujours défendu l’intérêt des Haut-Viennois, pas celui des Creusois ou des Corréziens. Je ne veux pas que Dorsal soit le banquier des autres. »

Lire la suite

Du bon usage des déchets de bois

Publié le 21/10/2018

Agriculture >

Environnement. Parce que l’entretien nécessaire d’une parcelle peut permettre de se chauffer ou de pailler des animaux, la Cuma de l’Or noir continue de proposer des solutions de déchiquetage.

La Cuma départementale de l’Or noir n’a pas abandonné son activité de déchiquetage de bois pour le chauffage ou le paillage animal. « Nous avons simplement changé de partenaireexplique Catherine Baloche, selon les secteurs nous travaillons soit avec une machine qui vient de la Creuse, soit de la Dordogne. L’an passé, la machine de la Creuse a fait trois tournées dans notre département, et celle de la Dordogne une. Nous avons décidé de recentrer notre activité sur nos adhérents et cela nous permet de répondre à des demandes sur des chantiers plus petits. »

Lire la suite

Une autoroute Limoges-Poitiers à l’étude

Publié le 19/10/2018

Ruralite > Transports >

Mobilité. Le préfet de Région Didier Lallement était à Limoges le 15 octobre pour annoncer le lancement d’une étude de faisabilité d’une mise en concession autoroutière Limoges-Poitiers. Les résultats seront connus en juin 2019.

Le préfet de Région Nouvelle-Aquitaine, Didier Lallement, la préfète de la Vienne, Isabelle Dilhac, et Jean-Baptiste Djebbari, à la préfecture de la Haute-Vienne, le 15 octobre. (Ph. Stéphane Monnet)

Pierre Massy, président de la CCI Limoges et Haute-Vienne, ne cachait pas sa joie à la sortie du comité de pilotage qui venait d’acter le lancement d’une étude de faisabilité de mise en concession autoroutière de l’axe Limoges-Poitiers actuellement desservi par la RN 147.

« Tout ceci va largement au-delà de mes espérances, a-t-il commenté, tout sourire. Aujourd’hui, tout le monde est OK pour dire que le CPER doit être mené à son terme et OK pour dire qu’une route concédée peut être une solution. Nous allons être associés à cette étude dès le mois de février, puisque l’étude va commencer en janvier. C’est un progrès majeur sur ce dossier, enfin les choses avancent, enfin nous allons pouvoir travailler à l’étude de cet itinéraire entre Limoges et Poitiers qui fait tellement besoin. »

Didier Lallement, le préfet de Région Nouvelle-Aquitaine, était à Limoges pour présider ce comité de pilotage et présenter les contours de cette étude. « Cette étude va permettre de savoir d’abord si c’est faisable sur le plan économique. L’argent est le nerf de la guerre, il l’était hier, il l’est encore aujourd’hui. Il y a eu des études qui ont été faites préalablement, sur ce type d’interrogations, mais il fallait actualiser tout ça, et avoir une idée précise. Une mise en concession est-elle possible ? Et à quelles conditions économiques ? J’observe qu’une mise en concession, c’est la plupart du temps le meilleur moyen d’accélérer les choses. Encore faut-il en connaître le coût ? » Les résultats de cette étude seront connus en juin. Dans tous les cas de figure, c’est l’État qui décide ou non de lancer la construction d’une autoroute. Ainsi, du côté du Rhône, le chantier de l’A45, pour désengorger l’A47 entre Lyon et Saint-Étienne, nesera jamais lancé. Le décret d’utilité publique était paru et les collectivités s'étaient engagées pour plus de 800 millions d’euros de subvention d'équilibre dans un projet estimé à 1,2 milliard décroché par le groupe Vinci. Mais les opposants, notamment l’Alcaly (association de 110 communes) ont obtenu gain de cause auprès du gouvernement qui a annoncé mercredi 17 octobre l'abandon du projet.

Les cartes présentes dans le dossier d'appel d'offres.

Lire la suite

Abeilles et arboriculture sont compatibles

Publié le 28/09/2018

Agriculture >

Initiative. En 2016, l’installation de ruches de manière permanente dans les vergers des adhérents de Limdor a démarré. Aujourd’hui, on assiste à un véritable développement d’une filière miel en lien avec les arboriculteurs.

En pomiculture, les abeilles sont utilisées depuis toujours pour la pollinisation. Pendant des années, les adhérents de Limdor ont introduit des ruches (de 2 à 4 par hectare de verger) au début de la floraison et les ont retirées à la fin de la floraison. « Les abeilles sont les sentinelles de l’environnement. Quand elles sont là, on fait attention. Mais la focalisation des gens sur la problématique de ces insectes pollinisateurs nous a fait réfléchir. Nous nous sommes demandé comment convaincre le consommateur que l’arboriculture menée de façon saine ne tuait pas les abeilles », indique en introduction Jean-Luc Soury, le directeur de Limdor.

Jean-Luc Soury et Gabriel Rodrigues présentent quelques-unes des ruches installées par la coopérative dans les vergers des adhérents. Au total, 2 000 ruches sont mises en place. (Ph. NP)

Lire la suite

Élever des abeilles ne s’improvise pas

Publié le 27/09/2018

Agriculture >

Abeilles. Fortement médiatisée, l’abeille séduit de nombreux amateurs. Des règles existent et le suivi sanitaire est important. Un plan varroa est développé en Limousin tandis que la filière s’organise au niveau Nouvelle-Aquitaine.

Si le nombre de détenteurs de ruches n’est pas connu avec précision, une tendance à la hausse est observée. En Haute-Vienne, de nombreuses structures, syndicats ou association, développent des ruchers écoles pour permettre aux personnes intéressées de s’initier à la vie des abeilles et de la ruche ainsi qu’à la récolte de miel. On considère que plus de 90 % des détenteurs de ruches sont des amateurs même si les professionnels concentrent la plus grande partie du rucher.

Après l’ouverture de la hausse, les abeilles sont enfumées sur le rucher de l’Association sanitaire apicole départementale (Asad) à Panazol. (Ph. NP)

Lire la suite

Une mutuelle santé départementale

Publié le 16/09/2018

Ruralite > Collectivités >

Accès aux soins. Une solution d’assurance complémentaire santé est proposée par le Conseil départemental à tous les Haut-Viennois. Elle se veut accessible, tant sur le plan des cotisations que de la relation clients.

Si elle a d’abord été négociée pour offrir une solution adaptée aux personnes en difficulté, l’assurance complémentaire « Haute-Vienne santé » est ouverte à tous les Haut-Viennois. Habiter dans le département est d’ailleurs la seule condition requise pour y adhérer.

Annick Morizio, Jean-Claude Leblois et Renaud Berezowski, président d’Actiom, ont annoncé le lancement de l’assurance complémentaire Haute-Vienne santé. (Ph. E. Dueso)

Lire la suite

Bio : Le versement des aides toujours à la peine

Publié le 14/09/2018

Agriculture >

Bio. À l’appel de la Frab, une centaine de manifestants s’est rendue à l’ASP puis à la préfecture pour dénoncer les retards dans le paiement des aides et le fossé entre les discours et les actes sur l’agriculture biologique.

Une petite centaine de personnes a répondu à l’appel de la Fédération régionale de l’agriculture biologique de la Nouvelle-Aquitaine (Frab). Après un rassemblement devant l’agence de services et de paiement (ASP), ils ont défilé jusqu’à la préfecture pour pique-niquer puis remettre au préfet le dépôt de bilan de la ferme bio Nouvelle-Aquitaine. (Ph. Stéphane Monnet)

Ils espéraient obtenir un calendrier précis et officiel, mais la délégation reçue par le directeur de l’agence de services et de paiement (ASP) et la DTT n’a pu que souligner la qualité des échanges. « On a été écouté, entendu, on verra », a résumé Sylvie Dulong, coprésidente de la Fédération régionale de l’agriculture biologique de la Nouvelle-Aquitaine (Frab) qui avait appelé à manifester.

Lire la suite

Effacement du seuil Parry sur la Vienne

Publié le 07/09/2018

Ruralite >

La DTT 87 a procédé à l'effacement du seuil Parry sur la Vienne. Ce seuil construit en 1886 par monsieur Parry pour irriguer des prairies n'avait plus d'utilité. Il avait été acquis par l'État lors de la construction de l'A20.

Lire la suite

Moins de frontières pour les déchèteries

Publié le 31/08/2018

Ruralite > Collectivités >

Environnement. Jusqu’à fin décembre, plusieurs déchèteries de Limoges Métropole sont ouvertes aux habitants des communautés de communes voisines et vice versa.

Afin de faciliter les accès aux déchèteries, Limoges Métropole et les communautés de communes voisines d’Élan Avenir Nature, Val-de-Vienne et Porte Océane du Limousin ont décidé d’ouvrir leurs déchèteries sans tenir compte de l’adresse d’habitation. Un habitant d’Aixe-sur-Vienne peut ainsi, muni de sa carte de déchèterie habituelle, aller déposer ses déchets à la déchèterie d’Isle.

Télécharger la carte

Lire la suite

Un collège Simone Veil à Rochechouart

Publié le 10/06/2018

Ruralite > Collectivités >

Inauguration. Christine Gavini-Chevet, rectrice de l’académie de Limoges, et Jean-Claude Leblois, président du Conseil départemental, ont dévoilé la plaque et donné un nom au collège de Rochechouart : celui de Simone Veil.

Romane et Mathilde, élèves de 4e et reporters pour Radio Collégiens, ont tendu leur micro au président du Conseil départemental. Elles voulaient savoir pourquoi on avait donné un nom de femme à leur collège de Rochechouart. « On n’a pas choisi le nom d’une femme, leur a répondu Jean-Claude Leblois, on a choisi le nom de Simone Veil. C’était une femme, c’est vrai, mais c’est surtout son œuvre et cette personne-là qu’on a voulu mettre à l’honneur... Quand elle est morte, nous nous sommes retrouvés avec plusieurs élus et on s’est dit qu’on ne pouvait pas ne pas donner le nom de cette personne qui a marqué notre histoire à un établissement public. »

Entourés de collégiens, Jean-Claude Leblois et Christine Gavini-Chevet, lors de la cérémonie de baptême de l’établissement, devenu le 25 mai le collège Simone-Veil. (Ph. Stéphane Monnet)

Lire la suite

392 béliers à la foire du CGOB

Publié le 28/05/2018

Agriculture > Ovins >

Ovin. Ambiance détendue dans les allées du Carrefour génétique ovin de printemps, même si les élections à venir dans les Chambres d’agriculture émaillaient certaines conversations.

Dans les allées du Carrefour génétique ovin de Bellac (CGOB), les discussions allaient bon train et ne tournaient pas toutes autour des béliers, même si leur nombre était en augmentation, avec 392 animaux proposés à la vente contre 338 l’an passé. Un bélier texel de bonne qualité se négociait toujours autour des 600 .

Michel Maisonnier, président du CGOB, entouré de Bénédicte Martin (à g.), sous-préfète de Bellac et Rochechouart, et Corine Hourcade-Hatte, maire de Bellac. (Ph. Stéphane Monnet)

Lire la suite

Aquitanima : Deux Haut-Viennois sur le podium et la vache Image

Publié le 21/05/2018

Agriculture > Bovins >

Concours limousin. Jugé par Claude Cesbron, le concours interrégional limousin organisé à Bordeaux a consacré la vache Image du Gaec Jean, déjà primée cette année à Chabanais. Le Gaec Camus Père et Fils et Philippe Deshoulières montent également sur le podium.

Depuis neuf ans, le Gaec Jean participe au concours limousin organisé lors du salon bordelais Aquitanima. « On avait ramené des prix, des deuxièmes, des troisièmes places, mais des premiers prix, c’est la première fois. C’est une très, très grande journée pour nous ! », s’est exclamé Ludovic Jean, alors qu’il venait de finir d’accrocher quatre plaques au-dessus de sa vache : 1er prix dans la section des vaches suitées de 3 à 4 ans, meilleure femelle à fort développement musculaire, prix d’honneur femelle adulte, meilleur animal du concours. Image s’était déjà distinguée quelques jours plus tôt à Chabanais.

Ludovic Jean, avec sa vache Image, sur le podium d’Aquitanima. Elle est née sur l’exploitation familiale en Dordogne. Elle vient de faire son deuxième veau.  (Ph. Stéphane Monnet)

Le Gaec Jean est situé en Dordogne. Ludovic est installé avec ses parents près de Brantôme sur 220 hectares. « Image est née à la maison, sa mère est encore là. Son père n’est plus là. C’est une vache qu’on a élevée depuis le début, elle en est à son deuxième veau et ça se passe pas trop mal, pourvu que ça dure ! 

Lire la suite

L’album de famille de tout un département

Publié le 18/05/2018

Ruralite >

Livre. Le Conseil départemental de la Haute-Vienne s’associe aux Ardents Éditeurs pour publier un livre de photos rassemblant des clichés de grande qualité de photographes majoritairement amateurs.

Il faisait très froid à 3 h 40 du matin, en plein hiver, sur les hauteurs qui surplomblent le château de Châlucet. Nassir M ne s’est pas attardé, il a juste pris le temps de faire deux photos en pause longue, une pour le château, et une pour le ciel. L’assemblage de ces deux clichés en noir et blanc donne une vision unique et magique des ruines du château médiéval, propriété du Département de la Haute-Vienne et se retrouve logiquement en couverture d’un ouvrage original : Haute-Vienne inattendue.

Une partie des photographes qui ont contribué à l’ouvrage. Les clichés qui ont obtenu les faveurs du jury et du public sont actuellement exposés à la chapelle de la Visitation, rue François Chénieux à Limoges. (Ph. Stéphane Monnet)

Durant l’été 2017, le Conseil départemental lance sur les réseaux sociaux un appel aux photographes et récolte une moisson d’un millier de photos. S’appuyant sur le savoir-faire de l’éditeur local, Les Ardents Éditeursl’ouvrage a été présenté mardi 15 mai aux contributeurs, qu’ils soient photographes ou photographiés.

« Quand on m’a parlé de ce projet, se souvient Jean-Marc Ferrer, fondateur et dirigeant des Ardents Éditeurs, j’ai tout de suite eu l’idée de faire un format à l’italienne, souple... Je suis historien de formation, avec une passion pour le XIXe. J’aime beaucoup les vieux albums de famille, comme ceux de la famille Haviland ou Lalique. Je me disais qu’avec ce continuum d’images, nous participions quelque part à un ouvrage qui se veut un portrait de famille, un portrait de ceux et celles qui sont ici, qui ne se connaissent pas forcément mais qui participent à la vie de ce territoire. »

Lire la suite

Remboursement partiel de la TIC

Publié le 17/05/2018

Agriculture >

L’utilisation de la téléprocédure pour demander le remboursement partiel de la taxe intérieure de consommation sur les carburants et le gaz naturel (TIC-TICGN) est généralisée à l’ensemble des départements à partir du 1er juin 2018. L’utilisation de DémaTIC est obligatoire en 2018 pour les dossiers correspondant à une demande de remboursement de plus de 300 euros, soit l’équivalent de 2 671 litres de GNR (gazole non routier).

DémaTIC est un dispositif à destination des professions agricoles dédié à la transmission, sous forme électronique, des demandes de remboursement partiel de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TIC) et de la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN) au titre de la période du 1er janvier au 31 décembre 2017. Il permet aux usagers d’effectuer à distance et de façon sécurisée leur demande de remboursement.

DémaTIC est destiné aux :

  • exploitants agricoles à titre individuel ou sociétaire ;
  • entreprises de travaux agricoles et forestiers ;
  • coopératives d’utilisation en commun du matériel agricole (Cuma) ;
  • autres sociétés ou personnes morales ayant une activité agricole au sens des articles L722-1 à L722-3 du Code rural et de la pêche maritime.
Lire la suite

Le pAss Ô Lim 2018 est disponible

Publié le 22/04/2018

Ruralite >

Découverte. Le pAss Ô Lim proposé par l’office de tourisme du Pays du Haut Limousin permet de bénéficier de nombreuses réductions sur tout le territoire du haut Limousin.

Pour la troisième année consécutive, le pAss Ô Lim est en vente dans les bureaux d’accueil touristique du nord du département. Ce pass permet, pour 5 euros, d’avoir des réductions ou des avantages sur une trentaine d’offres de loisirs de plein air, de visites et de festivals. « Une personne peut prendre le pass pour profiter des réductions à la piscine de Saint-Pardoux et se faire une sortie du coup sur un festival… », s’est enthousiasmée Nathalie Mercier, au nom de la marque Haut Limousin terre de festivals qui regroupe le festival national de Bellac, le festival du Haut Limousin, les Nuits musicales de Cieux et Zicanouic.

Autour du directeur, Anton Smirnoff, une partie de l’équipe de l’office de tourisme du Pays du haut Limousin présente le dépliant et la carte pAss Ô Lim. (Ph. OT du Pays du Haut Limousin)

Lire la suite

Ciné en campagne

partenaire

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
assez ensoleillé

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -