Les élections limousines privées de télé

Les élections limousines privées de télé

Publié le 15/06/2017

Ruralite >

Réforme territoriale. Les équipes de France 3 Limousin ont mené une grève de deux semaines pour assurer la couverture de la soirée post-législatives. Une réponse partielle à leur demande a été accordée par la direction.

Stéphane Bobin et Cécile Descubes, respectivement délégué syndical CFDT et déléguée syndicale SNJ à France 3 Limousin, à Limoges, le 6 juin. (Ph. Thierry Ganteil)

La grève de France 3 Limousin a été levée vendredi 9 juin au soir à une courte majorité des votes mais la préoccupation pour l’avenir de la télévision locale demeure. Le détonateur de ce conflit social a été l’annonce d’une nouveauté par la direction régionale basée à Bordeaux : la soirée des législatives serait assurée depuis la capitale de la Nouvelle-Aquitaine. Ce qui n’a pas manqué d’interroger les salariés de France 3 Limousin sur leur rôle dans l’information de proximité. Laurence Mayerfeld, que nous n’avons pas pu joindre, directrice de France 3 Nouvelle-Aquitaine, diplômée d’une école de journalisme bordelaise et nommée dans cette ville depuis 2010, semble vouloir donner une place prépondérante à la capitale régionale.

Le débat local évincé

« Il y a historiquement trois tranches de prise d’antenne à France 3 : une tranche de 20 h 15 à 21 h, une tranche de 21 h 15 à 22 h et une tranche de 22 h 15 à 23 h. Ça s’est toujours passé comme ça dans toutes les antennes de France 3, indique Stéphane Bobin, délégué syndical CFDT à France 3 Limousin. Et d’ailleurs ça continue ainsi dans toutes les régions sauf la nôtre. »

« On a déposé un préavis de grève limitée pour le 12 et le 19 mai puis un préavis de grève illimitée à partir du 29 mai parce que l’on veut des soirées électorales toujours fabriquées en Limousin avec un studio en Limousin. Or, ce que nous proposait la direction régionale, c’est un grand studio à Bordeaux et d’envoyer tout depuis Bordeaux pour la première et la deuxième tranche. La troisième tranche avait fait l’objet dès le départ d’une « concession » et on voulait bien nous la laisser mais il faut savoir qu’elle représente 3 % d’audience chez nous », ajoute Cécile Descubes, déléguée syndicale SNJ.

Pour Denis Thibaudeau, délégué syndical CGT, la décision de la direction régionale exclut de facto une information de qualité sur les résultats limousins : « Une douzaine de points de direct étaient prévus dans toute la Région pour alimenter la soirée bordelaise. Comme tout est centralisé à Bordeaux, les tranches de 45 mn ont à traiter de 49 circonscriptions. Moins d’une minute par circonscription... »

La partie émergée de l’iceberg

Pour les représentants des salariés de France 3 Limousin, « les anciennes régions correspondent toujours à des bassins culturels et politiques, nous voulons davantage de temps d’antenne ». D’ailleurs, la direction de France 3 Nouvelle-Aquitaine serait la seule à vouloir centraliser les soirées législatives quand ses homologues des autres régions poursuivraient les décrochages locaux. Le seul argument avancé par la directrice régionale serait le lourd investissement de 300 000 euros dans la rénovation du studio bordelais qui lui donnerait la stature d’un studio de télé nationale. « Poitiers et Limoges, ce n’est pas d’un niveau parisien », ironise Cécile Descubes. « On pense qu’il y a d’autres choses derrière tout ça, des projets dont elle ne veut pas nous informer les yeux dans les yeux. » Le dialogue est pour le moins difficile. « Elle a toujours refusé de venir nous rencontrer, jusqu’à jeudi soir (ndlr : le 8 juin) où elle s’est dite disponible pour nous rencontrer, à deux jours du premier tour », regrette Stéphane Bobin.

Prise d’antenne locale une heure plus tôt

Pourtant, à deux jours du premier tour, il était encore temps de changer d’avis. Quelques coups de fil aux invités auraient permis de prendre le direct dès la première tranche de décrochage local (à 20 h 15) assuraient les délégués syndicaux. Il y a à Limoges un studio qui n’a certes pas le prestige d’un équipement flambant neuf mais qui peut facilement accueillir les candidats des circonscriptions du Limousin.

La direction en aura décidé autrement. Le vendredi 9 juin en milieu d’après-midi, elle a informé les salariés de France 3 Limousin de son accord pour avancer d’une heure le décrochage local : l’antenne pourrait donc être limousine de 21 h15 à 22 h et non à partir de 22 h 15. Mais elle n’a pas jugé ses équipes capables de gérer ce changement d’horaires pour le premier tour. Cette proposition n’était valable que pour la soirée électorale du deuxième tour.

De leur côté, les représentants syndicaux de France 3 Limousin soulignaient, dès le lendemain du premier tour, les mauvais scores d’audience réalisés par la formule « bordelaise ». Dimanche prochain, une répartition des temps d’antenne plus conforme à leur vœux mais toujours amputée de deux tranches par rapport à l’ancienne région laissera un peu plus tôt la parole aux Limousins.

D’autres projets restent, selon les représentants syndicaux, dans les tiroirs et ils ne seraient pas favorables à la fabrication « maison » des programmes limousins. Les prochains mois diront si l’arbre cachait la forêt.

ESTELLE DUESO

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
pluie modérée

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -