Dégâts de la faune sauvage : une application smartphone pour déclarer les dégâts constatés

Publié le 06/06/2017

Agriculture >

Déclaration des dégâts. Une application est disponible depuis le 5 juin pour permettre aux agriculteurs de déclarer depuis leur smartphone les dégâts constatés. La procédure est simple. 

Lire la suite

Du 20 au 28 mai : salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine

Publié le 22/05/2017

Agriculture >

Le concours interrégional de race limousine en vidéo

Aquitanima. Le salon de l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine se tient du 20 au 28 mai à Bordeaux, et veut continuer d’intéresser le grand public comme les professionnels.

Les tondeurs et l'AMTM seront évidemment présents

La France accueillera le championnat du monde de tonte en 2019 au Dorat. Le président de l’AMTM Christophe Riffaud, déjà présent l’an passé sur le salon, a effectué une courte démonstration en marge de la conférence de presse. « Le 8 juillet prochain, au Dorat, nous allons tenter un record, celui de la tonte d’au moins 1 000 moutons à deux tondeurs en neuf heures. Une première en France. L’objectif est de montrer aux autres pays que le niveau en France est aussi bon qu’ailleurs », explique-t-il.

Pendant le salon, plusieurs démonstrations de tonte sont prévues lors de la journée ovine du 22 mai.

  • 10 h - 10 h 45 Démonstration de manipulations d’ovins
  • 10 h 45 - 11 h 15 Démonstration de tonte de moutons par l’AMTM
  • 12 h - 12 h 30 Démonstration de tonte de moutons par l’AMTM
  • 16 h  - 16 h 30 Démonstration de tonte de moutons par l’AMTM

Téléchargez la liste des bovins présents pour le concours interrégional.

Lire la suite

« J’ai pensé que je pouvais être utile »

Publié le 19/05/2017

Agriculture >

Portrait. Jean-Philippe Viollet a pris sa retraite d’exploitant. Comme il l’avait annoncé, il a également démissionné de la totalité de ses mandats, que ce soit à la Chambre d’agriculture de la Creuse ou à sa Cuma.

Jean-Philippe Viollet est un homme « libéré de tout. Mon dernier mandat, je l’ai laissé le 10 mai. C’était à la Cuma de ma commune. Je suis maintenant totalement à la retraite, ce qui ne me fera pas payer l’impôt sur la grande fortune ».

Jean-Philippe Viollet, dans les locaux de L’Union Agricole, le 12 mai. « Je n’étais ni un agrimanager, ni un gueux. » (Ph. Stéphane Monnet)

Le dernier président de la Chambre d’agriculture du Limousin l’avait annoncé depuis longtemps : quand il prendrait sa retraite d’exploitant, il abandonnerait également ses différents mandats, à la Chambre d’agriculture de la Creuse, à la Chambre régionale du Limousin et à l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture (APCA)... « Ma carrière, je l’ai faite à mon rythme. Pour des raisons personnelles et de santé, j’ai décidé, puisque j’avais 60 ans, d’arrêter, de prendre ma retraite. Contrairement à d’autres, n’étant plus en activité, je ne voulais pas continuer à traîner dans les instances agricoles. Il faut savoir commencer, et il faut savoir s’arrêter. Je veux être fidèle à mes idées, je pensais déjà cela quand j’étais JA. Je trouvais qu’il y avait des gens trop âgés, donc j’avais dit : je ne ferai pas ça. Et je ne l’ai pas faite. » 

Lire la suite

Présidentielle : les programmes agricoles

Publié le 06/04/2017

Agriculture >

Le Syndicat de la presse agricole et rurale, le SNPar, avait invité les candidats à l’élection présidentielle à présenter, en quelques minutes, leur programme devant les journalistes agricoles et à répondre à leurs questions. Les représentants de quatre candidats se sont pliés à l’exercice. L’Union Agricole participait à cet échange.

Aides Pac, gestion des aléas, principe de précaution, modèle agricole... Les candidats ont des visions très différentes des orientations à donner à l’agriculture française. Tous s’accordent cependant sur un point de départ : les agriculteurs souffrent économiquement et socialement et les modalités d’exercice de leur profession comme la constitution de leur revenu doivent changer. Le secteur, stratégique pour le pays, mérite des solutions spécifiques et parfois dérogatoires. Sur cette question, chaque candidat apporte des propositions différentes.

Pour Emmanuel Macron, les principaux freins que rencontrent aujourd’hui les agriculteurs sont les bas prix et les normes. Il se propose de résoudre la problématique des prix bas par « une meilleure répartition de la valeur » et des organisations de producteurs « plus puissantes ». Quant aux normes, leur application serait différente en changeant « la philosophie de l’administration française » et en orientant ses agents vers des missions de « conseil ».

Côté transformations de l’agriculture, Emmanuel Macron souhaite soutenir l’investissement et l’innovation avec un plan de 5 milliards d’euros pour l’agriculture sur cinq ans, « un plan Marshall pour moderniser l’agriculture ». L’enveloppe des aides agrienvironnementales passerait de 116 millions d’euros par an à 200 car « ce sont des mesures de compétitivité pour avoir une agriculture plus résiliente et moins dépendante des pesticides ». S’ajouteraient à ces mesures la possibilité pour les agriculteurs de bénéficier d’allocations chômage et des allègements de charges.

Il promet d’organiser très rapidement après son élection un Grenelle de l’alimentation « qui mettra autour de la table l’ensemble de la chaîne, agriculteurs, transformateurs, distributeurs et consommateurs » afin de répondre aux demandes de la société en accompagnant la transformation des modèles. Le candidat d’En Marche ne tranche d’ailleurs pas car « la clé d’entrée c’est l’alimentation et il y a une coexistence possible entre les différents modèles ». Si la négociation n’aboutissait pas avec les distributeurs, le chantier de la loi de modernisation de l’économie serait rouvert. Quant à la Pac, la France militerait pour des aides contracycliques sur le principe de la pluriannualité budgétaire, avec plus d’aides couplées, pour stabiliser les revenus.

Fidèle à son credo libéral, François Fillon veut pour l’agriculture un cadre réglementaire et juridique simplifié. Il plaide pour un nouveau statut qui permettra aux exploitations d’effectuer toutes les missions « d’acteur du territoire rural » qu’est l’agriculteur sans démarches jurdiques lourdes. Il s’agit de « rendre aux agriculteurs la liberté d’entreprendre ». Cette souplesse serait étendue à la protection pour aléas : « chaque exploitation doit pouvoir constituer une réserve pour aléas » en fonction de son chiffre d’affaires. Elle serait fiscalement considérée comme une dépense quand elle est provisionnée et comme une recette quand elle est libérée. Les garanties pour risques climatiques seraient tranférées à un « fonds de mutualisation géré par les agriculteurs ».

François Fillon plaide aussi pour un « commerce équitable » : la loi de modernisation économique (LME), que François Fillon avait fait voter lorsqu’il était Premier ministre, « a montré ses limites et s’est transformée en piège au détriment des agriculteurs ». Le candidat de la droite veut revoir les règles de la négociation en impliquant l’ensemble de la chaîne. Il imposerait aux distributeurs d’informer les consommateurs sur l’origine de tous les produits et le prix payé au producteur.

Concernant la Pac, les aides ne sont pas surdimensionnées : en 2015, les agriculteurs américains auraient reçu 486 $/ha contre 198 pour les agriculteurs européens. La question qui devra être posée à l’Europe est de savoir si l’on s’affranchit des règles de l’OMC. La Pac doit se recentrer sur ses priorités : la gestion des risques et le soutien à l’investissement, en réaffirmant la préférence communautaire. Quant au ministre de l’Agriculture, son action doit être guidée par une feuille de route et sa présence est requise à Bruxelles car « ce n’est pas à Paris que la politique agricole se décide ».

« De notre point de vue, la Pac a échoué. » Celle-ci « repose sur une philosophie beaucoup trop productiviste ». Marine Le Pen considère, en effet, que le premier pilier de la Pac « récompense les plus grosses exploitations » tandis que le Feader est « impuissant » à « corriger le tir ». Le premier axe de son projet agricole est l’instauration d’un « patriotisme alimentaire » qui donnerait la priorité aux produits français dans les cantines publiques et dans les restaurants d’entreprise. La France se dégagerait de la directive sur les travailleurs détachés et remettrait en cause les accords de libre-échange déjà signés ou en cours de négociation.

La distribution serait encadrée, « il faut également organiser un système de négociation des prix et des volumes par filière sur le modèle de ce qu’étaient autrefois les quotas laitiers ».

La France sortant de l’Europe, la Pac serait remplacée par la Paf, politique agricole française. Les aides seraient maintenues dans un premier temps. Elles ne seraient pas distribuées « en fonction des hectares mais en fonction des filières et des besoins ressentis sur le terrain ». « Le modèle de l’agriculture familiale doit être défendu, contre le modèle de la ferme des 1 000 vaches, contre un productivisme exacerbé. » Au bout de deux ans, les prix seraient garantis par l’État pour sortir du « système infernal des aides ».

La MSA serait intégrée au régime général tandis qu’en matière d’aménagement rural le haut débit serait assuré par le réseau de téléphonie mobile avec le déploiement de la 4 G. Côté environnement, le projet de Marine Le Pen promeut l’agriculture biologique et raisonnée et ne souhaite pas investir dans la chimie verte ni les biocarburants. Questionné à ce sujet, Gilles Lebreton a nié l’engagement de Marine Le Pen en faveur des associations de protection animale et d’un renforcement du statut juridique de l’animal, engagement qu’elle a réitéré durant cette campagne.

Pour Benoît Hamon, « l’agriculture n’est pas un secteur comme les autres ». Thème transversal des choix faits par une société en matière d’alimentation, de santé, d’emploi, d’environnement ou d’aménagement du territoire, l’agriculture doit faire l’objet d’un contrat avec la société. Un Grenelle de l’agriculture et de l’alimentation serait ouvert dans la première année de son mandat pour replacer la question alimentaire au cœur des priorités de la société mais aussi acter la responsabilité du citoyen dans ses choix de consommation.

Il considère que les moyens dédiés à l’agriculture doivent être « bien plus importants » et la France doit sortir son agriculture des règles de l’OMC, comme cela est fait pour le secteur de la culture, « en réclamant l’exception agriculturelle ». Il milite pour une organisation mondiale de l’agriculture, chargée d’assurer la sécurité alimentaire, où agriculteurs et consommateurs seraient représentés.

Candidat socialiste et écologiste, Benoît Hamon privilégie les pratiques agro-écologiques et les circuits courts. Partisan à la fois de la recherche sur les races rustiques et sur la chimie verte, son programme soutient une innovation intégrant les enjeux environnementaux, en particulier climatiques, avec une captation accrue de carbone et le stockage de l’eau.

Il souhaite sanctuariser le principe de précaution et réguler les marchés en renonçant au libéralisme pour le commerce des produits agricoles. L’objectif affiché est de « permettre aux agriculteurs de vivre décemment de leur travail ». Le modèle agricole choisi pour ce programme est celui de l’agriculture familiale, avec une attention particulière portée à l’installation et à l’accès au foncier. Benoît Hamon soutient les démarches collectives des agriculteurs afin de « renforcer leur position » économique : organisations de producteurs, interprofessions, coopération et agriculture de groupe sont privilégiées.

Lire la suite

Le bilan est positif malgré tout

Publié le 24/03/2017

Agriculture >

Réunis en session plénière, le 14 mars, au pôle de Lanaud, les élus de la Chambre régionale d’agriculture Nouvelle-Aquitaine ont adopté de nombreuses motions et fait le bilan d’une première année de fonctionnement.

Yvan Lobjoit, directeur régional de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Draaf), est brièvement intervenu à la fin de la session de la Chambre d’agriculture. (Ph. Stéphane Monnet)

La Chambre régionale d’agriculture (CRA) de Nouvelle-Aquitaine se met rapidement en place. Au terme d’une première année d’existence, le président Dominique Graciet a tenu à dresser, lors de la session du 14 mars, un premier bilan « positif malgré tout », faisant référence aux nombreuses crises qui ont agité le monde agricole ces derniers mois

Lire la suite

Salon international de l’Agriculture : toutes nos vidéos

Publié le 17/03/2017

Agriculture >

Tech-Ovin s'affiche au Salon

Pour voir les autres vidéos, cliquez sur "Lire la suite"

Lire la suite

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

25°

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -