Economie

Un incubateur de projets à Limoges

Haute-Vienne
Maud Caruhel, vice-présidente en charge de l'économie sociale et solidaire est venue visiter les locaux de LIESS, l'incubateur ESS de la Haute-Vienne.
LIESS, un incubateur de projets en économie sociale et solidaire s'est créé à Limoges courant 2020. Cinq projets sont d'ores et déjà accompagnés par la structure.

Les incubateurs de l'ESS. Non ce n'est pas un gros mot, ni le titre du dernier film de science-fiction à la mode. Derrière ces mots savants se cache une action très concrète : aider des porteurs de projets à la création réelle d'une structure d'utilité publique : association, coopérative, fondation... L'accompagnement va de l'étude de faisabilité à la création de la structure juridique.

Après deux ans de création, l'incubateur LIESS est né à Limoges courant 2020 par six structures* de l'accompagnement à la création économique et à l'économie sociale et solidaire. « Notre rôle est d'éviter que les acteurs se baladent comme des boules de flipper », résume Marion Bergognon, animatrice à LIESS 87. Mardi 21 septembre, Maud Caruhel, nouvellement élue vice-présidente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en charge de l'économie sociale et solidaire, de l'insertion et de l'économie circulaire, est venue rencontrer les acteurs de cette structure innovante.

Répondre à des valeurs

Le projet accompagné par l'incubateur doit répondre aux valeurs de l'économie sociale et solidaire (ESS) à savoir la dimension collective, la non lucrativité, la gouvernance démocratique et l'intérêt général. Si c'est le cas, « on ancre le projet sur le territoire, explique Marion Bergognon. Ensuite on écrit, on affine, et la structure juridique vient en dernier. » Sans avoir communiqué pour l'instant, « nous avons reçu une vingtaine de porteurs de projets depuis décembre 2020 ». Aujourd'hui, cinq sont accompagnés par LIESS dans différents domaines : l'alimentation, l'éco-construction, la musique, les déchets.

Le parcours de "l'incubé" se traduit aussi par des ateliers collectifs sur « les bases de l'économie sociale et solidaire ; comment pitcher mon projet... »

Des aides au démarrage

L'argent reste toutefois le nerf de la guerre. « On peut accompagner le projet mais si nous n'avons pas d'outils financiers », l'accompagnement est compromis. Pour l'instant les projets d'économie sociale et solidaire bénéficient d'aides de la Région. Les collectivités ne jouent pas encore le jeu selon eux, mais les membres de LIESS sont confiants, « il y a une évolution, une prise de conscience de l'intérêt de l'ESS ». En effet, ce sont des structures qui « touchent le quotidien des gens, apportent un service, créent de l'emploi, maintiennent le lien social. Tout bénef pour les collectivités quoi », conclut Benjamin Coly, codirecteur de l'antenne de Limoges de la Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire, et membre de LIESS.

Dans la même thématique

Le marché au cadran de Saint-Yrieix a fermé ses portes le 31 mars dernier, mettant fin à seulement dix-huit mois d'activité. Chacun cherche les raisons de cet échec.
Haute-Vienne
La mariée était trop belle
Il y a plus de vingt ans, Olivier Gebelin et Christophe Plateau se sont installés à Peyrat-le-Château pour y créer la ferme Les Ânes de Vassivière.
Haute-Vienne
À Vassivière, les ânes sont rois