Bio : Le versement des aides toujours à la peine

Bio : Le versement des aides toujours à la peine

Publié le 14/09/2018

Agriculture >

Bio. À l’appel de la Frab, une centaine de manifestants s’est rendue à l’ASP puis à la préfecture pour dénoncer les retards dans le paiement des aides et le fossé entre les discours et les actes sur l’agriculture biologique.

Une petite centaine de personnes a répondu à l’appel de la Fédération régionale de l’agriculture biologique de la Nouvelle-Aquitaine (Frab). Après un rassemblement devant l’agence de services et de paiement (ASP), ils ont défilé jusqu’à la préfecture pour pique-niquer puis remettre au préfet le dépôt de bilan de la ferme bio Nouvelle-Aquitaine. (Ph. Stéphane Monnet)

Ils espéraient obtenir un calendrier précis et officiel, mais la délégation reçue par le directeur de l’agence de services et de paiement (ASP) et la DTT n’a pu que souligner la qualité des échanges. « On a été écouté, entendu, on verra », a résumé Sylvie Dulong, coprésidente de la Fédération régionale de l’agriculture biologique de la Nouvelle-Aquitaine (Frab) qui avait appelé à manifester.

Rassemblés devant l’ASP, une centaine de personnes, majoritairement des agriculteurs en bio, a une nouvelle fois déploré le retard dans le versement des aides. « Des aides qui sont, pour certains, attendues depuis 2015 ne sont toujours pas versées, a rappelé Benoît Biteau, conseiller régional et agriculteur en bio en Charente-Maritime. Pour 2015, très peu sont aujourd’hui concernées, mais pour les aides de 2016 on est que 30 % des agriculteurs à les avoir perçues alors qu’elles auraient dû être versées avant le 31 décembre 2016. Pour 2017, pas une structure n’a reçu d’aides pour le moment, alors que, pareil, elles auraient dû être payées avant le 31 décembre 2017. Cela nous met dans des difficultés de trésorerie graves. »

Dépôt de bilan

Pour symboliser ces difficultés, les manifestants ont défilé jusqu’à la préfecture et signifié le dépôt de bilan de la ferme bio de Nouvelle-Aquitaine. « On dépose le bilan de la ferme bio Nouvelle-Aquitaine parce qu’on estime que l’État français ne tient pas ses engagements quant aux objectifs de conversion affichés. Ni en terme de versement des aides, ni en terme de montants et d’accompagnement de cette transition agricole. Avec nous, il y a aussi des associations de consommateurs, des associations citoyennes environnementales, car cette transition agricole concerne tout le monde, constate Jérôme Keller, coprésident de la Frab. Les consommateurs, les citoyens paient des impôts, ils veulent que ces impôts servent à quelque chose d’utile. L’agriculture biologique c’est utile, ça préserve les sols, ça préserve l’eau, la biodiversité, ça permet d’avoir des aliments sains. »

Parmi les manifestants, Karen Chaleix, présidente de JA 87, et Boris Bulan, président de la FDSEA 87, ont souligné que les MAEC étaient également concernées par les retards : « On est là pour soutenir tous les agriculteurs qui sont en bio et n’ont pas touché leurs aides, ou leur MAEC, ça ne concerne pas un syndicat plus qu’un autre, on est tous concernés. »

La Frab espère avoir un calendrier et une réponse à plusieurs de ses demandes sous un mois. En attendant, elle a d’ores et déjà indiqué que le paiement des aides Pac (prévu à la mi-octobre) ne pourra pas servir à rembourser des avances qui auraient pu être faites pour des aides du second pilier.

L’ASP a également avancé que le 27 septembre 50 % des montants estimés des aides de 2016 auront été payés et que le versement des aides 2017 doit débuter le 4 octobre. Pour 2018, elle envisage un retour à un calendrier normal avec une fin des versements au 15 mai 2019.

STÉPHANE MONNET

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -