Corvidés : Limiter leur impact est difficile

Publié le 08/06/2019

Agriculture > Cultures >

Ennemis des cultures. Au printemps, les corvidés engendrent de nombreux dégâts sur les semis de maïs, puis sur les silos ou encore les bottes d’enrubannage. Afin de limiter leur impact, des tirs de régulation sont possibles.

Les corbeaux engendrent de nombreux dégâts sur les cultures de maïs. Les agriculteurs de la périphérie de Limoges sont particulièrement impactés.

Philippe et Sylvie Lemasson, en Gaec à Saint-Just-le-Martel, et Gaël, leur fils pour le moment salarié sur l’exploitation, sont confrontés à ce problème pour la première fois cette année.

La parcelle ci-dessus a fait l’objet d’un resemis partiel. Malgré un canon de chantier et un épouvantail, les corbeaux continuent de sévir (ils arrachent les plantules pour manger la graine germée). C’est la première année qu’une concentration aussi importante de corbeaux est observée sur le secteur de Saint-Just-le-Martel, Panazol et Aureil et jusqu’à la Geneytouse. (Ph. N. P.)

Resemis partiel ou total

Cette exploitation compte 250 ha de SAU et conduit un troupeau de 250 vaches limousines en système naisseur-engraisseur. Chaque année, environ 40 ha de maïs destiné à l’ensilage sont implantés. Une dizaine d’hectares ont été à ce jour fortement attaqués par les corbeaux. Huit ont fait l’objet d’un resemis intégral à Aureil et à Panazol et une parcelle d’un resemis partiel. Si le manque de plants est ainsi comblé, une différence de stades de maturité sera observée lors de la récolte.

« Les semis de maïs ont été faits début mai dans de bonnes conditions. Mais les corbeaux ont commencé à picorer dès le semis et ils ont continué quand les plantules sont sorties de terre. Au stade 3-4 feuilles, ils arrachent les plants et mangent la graine », indique Philippe Lemasson.

Lire la suite

CR 87 : Une AG sous le signe de la mobilisation

Publié le 21/04/2019

Agriculture >

Syndicalisme. La Coordination rurale s’est réunie en assemblée générale le 4 avril à Pierre-Buffière. Encore sous le coup du succès de ce syndicat aux élections Chambre d’agriculture, la mobilisation a été importante. 

L’ouverture de l’assemblée générale a été faite par Émilie Pons, installée depuis 2014 en ovin sur la commune d’Eymoutiers, secrétaire générale de la Coordination rurale, pressentie pour devenir présidente, Bertrand Venteau ayant démissionné de cette fonction après son élection en tant que président de la Chambre d’agriculture. Ce dernier n’a cependant pas manqué d’intervenir longuement afin de remercier les électeurs de leur choix et de rappeler la mobilisation qui a été à l’origine de la victoire. 

Indemnités sécheresse : il y a trop d’exclus

L’essentiel de la réunion a concerné le dossier sécheresse. L’instruction des dossiers n’a pas permis de prendre en compte tous les agriculteurs du département, certains ne remplissant pas les critères d’éligibilité. Le montant des aides versées n’a pas atteint le montant de l’enveloppe théorique validée par le CNGRA (Comité national de gestion des risques en agriculture). Il y aurait une différence de 25 %. L’indignation de la salle à ce propos était palpable. « Pourquoi autant d’argent est reparti ? Qu’est-ce qui rend inéligible autant de gens ? Si c’est le chiffre d’affaires, quand on vend des vaches parce qu’on n’a pas de quoi les nourrir, c’est une aberration ! », pouvait-on entendre. 

L’assemblée générale de la CR a mobilisé autour de 200 personnes. Les débats ont été animés par Émilie Pons et Bertrand Venteau. (Ph. N. P.)

Lire la suite

"La chose n’est pas évidente"

Publié le 11/03/2019

Agriculture >

Vie consulaire. Bertrand Venteau, la tête de liste de la Coordination vainqueur du scrutin du premier collège, a été élu président de la Chambre d’agriculture de la Haute-Vienne.

Lors de son entretien à la presse, le nouveau président a souligné sa satisfaction a être élu au premier tour de scrutin à bulletin secret avec 17 voix sur 32.

Bertrand Venteau, mardi 5 mars au Safran, est le nouveau président de la Chambre d’agriculture de la Haute-Vienne. (Ph. Thierry Ganteil)

Lire la suite

Horizon 2030 pour l’agriculture régionale

Publié le 19/01/2019

Agriculture >

Consulaire. Dominique Graciet espère de l’organisation en grande région des moyens correspondants aux attentes toujours plus importantes de la société envers l’agriculture.

Durant ces trois dernières années, l’équipe de la Chambre régionale a structuré son organisation et harmonisé les politiques agricoles régionales de l’Aquitaine, du Limousin et de Poitou-Charentes, cette dernière étant sensiblement moins bien dotée que les deux premières. Partis d’un budget global de 52 millions d’euros en additionnant les dotations des trois régions fusionnées, la politique agricole néo-aquitaine dispose trois ans plus tard d’une enveloppe de 72 millions. Les dispositifs ont été harmonisés vers le haut et, à partir de 2020, les dispositifs seront pensés à l’échelle de la grande région.

Dominique Graciet et Olivier Degos, respectivement président et directeur général de la Chambre régionale d’agriculture, à Limoges, le 9 janvier. (Ph. E. Dueso)

Lire la suite

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
beau temps

20°

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -