Contrôle laitier : baisse nationale et départementale de la production laitière

Contrôle laitier : baisse nationale et départementale de la production laitière

Publié le 02/08/2018

Agriculture >

Lors de son assemblée générale, le Contrôle laitier a dévoilé les chiffres (souvent à la baisse)
de l’année 2017. Nathalie Beau a annoncé qu’elle quittait la présidence.


Nathalie Beau, présidente du Contrôle laitier de la Haute-Vienne, a ouvert l’assemblée générale 2018 en rappelant que, comme à son habitude, elle ne ferait pas de discours et que si elle avait émis, l’an passé, le souhait d’arrêter la présidence et qu’elle avait accepté de prolonger son mandat faute de candidats, cette fois, il n’irait pas plus loin. « C’est la dernière fois que je suis là en tant que présidente. J’assisterai au prochain conseil d’administration, et s’il n’y a pas de volontaire pour me succéder, je démissionnerai aussi du conseil d’administration pour que chacun prenne ses responsabilités. »
Céline Pignol, responsable du Contrôle laitier, a ensuite donné les grandes tendances de l’année : baisse du nombre d’adhérents (de 94 à 86) et de vaches (de 5 919 à 5 614) et, logiquement, baisse de la production. « Moins 20 % sur une année. » Elle a également précisé que parmi les démissionnaires, « huit ont arrêté la production laitière. »
En terme de production brute par vache, les chiffres sont également à la baisse. Toutes races confondues, la moyenne nationale s’établit à 8 406 kg, en recul par rapport à 2016. En Haute-Vienne, la baisse est également constatée : 8 011 kg de moyenne (contre  8 178  kg en 2016).
Amélioration de la qualité
« La race normande n’est pas celle où on a perdu le plus de vaches », a précisé la responsable. La production moyenne est même en légère augmentation pour cette vache : elle passe de 5 023 à 5 104 kg.
Au niveau de la qualité, les résultats continuent de tendre à l’amélioration. « Nous constatons une amélioration depuis trois ans, notamment sur les cellules, nous sommes passés en dessous de 300 000 de moyenne. »
Céline Pignol est également revenue sur les subventions données par FranceAgrimer. « Il nous fournit  toujours une aide de 6 000 euros pour réaliser et former nos groupes ”coûts de production”. Cette aide est renouvelée en 2018, mais FranceAgrimer nous demande de coupler nos études ”Coûts de production”  avec une thématique plus environnementale, comme le calcul de l’empreinte carbone. »
Une vingtaine d’exploitations sont toujours dans le dispositif régional « chèque avenir lait » qui permet de financer la réalisation d’un diagnostic global et un plan d’action technico-économique.
Stéphane Monnet

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

23°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -