L'interdiction du glyphosate remettrait en cause les méthodes de l’agriculture de conservation

Publié le 28/09/2017

Agriculture > Cultures >

De la cohérence

"La FDSEA de la Haute-Vienne a toujours défendu l’idée de trouver un équilibre entre l’économie, le social et l’environnement. Depuis de longues années des groupes d’agriculteurs réfléchissent et innovent pour travailler les sols tout en les préservant pour avoir une agriculture durable. La recherche d’autonomie alimentaire pour les exploitations de polyculture-élevage passe le plus souvent par des techniques culturales simplifiées prônées par l’agroécologie qui sont bénéfiques à la biodiversité, à la vie des sols et au stockage du carbone. Ces pratiques font qu’aujourd’hui le département à des IFT (indice de fréquence de traitement) sur les cultures bien inférieurs à la moyenne nationale. Le glyphosate est l’un des outils qui permet la réalisation de ces pratiques.

On peut comprendre le retrait de certaines molécules qui présentent des risques avérés pour la santé.

Mais on a du mal à comprendre que les avis des agences sanitaires européenne et française ne soient pas pris en compte pour décider ou non de la prolongation de l’homologation du glyphosate. Peut-être simplement car ils montrent que cette molécule est non cancérigène et que, dans le respect des bonnes pratiques, son utilisation est sans risque pour la santé.

On ne comprend pas pourquoi, en mars 2015, le CIRC (centre international de recherche sur le cancer) n’a pas tenu compte des résultats d’une étude américaine – qui a porté sur 89 000 agriculteurs américains et qui a conclu à une faible dangerosité de la molécule – avant de classer la molécule de glyphosate « probablement cancérigène ».

Le glyphosate a été commercialisé pour la première fois en France en 1974. Avant de l’interdire purement et simplement, on pourrait laisser un délai raisonnable afin que les différentes agences sanitaires se mettent en relation et donnent un avis commun sur le glyphosate. Et pour que la recherche de solutions de substitution soit éventuellement mise en place, surtout au moment où l’accord UE/Canada rentre provisoirement en vigueur et permet ainsi à 46 substances interdites en France d’entrer sur le territoire.

La gestion réglementaire de notre agriculture mérite plus de cohérence."

Par Joseph Mousset, membre du bureau de la FDSEA 87

Lire la suite

1500°C - Récolter les foins "murs" et contrôler leur conservation

Publié le 14/06/2017

Agriculture > Cultures >

Les 1500°C seront atteints sur la majorité du département (hors secteur d'altitude) avant la fin de la semaine. Les conditions météorologiques sont extrêmement favorables à la récolte des surfaces prévues en foin : très peu d'orage prévu sur les 10 prochains jours et des températures élevées.

Lire la suite

Le grand gibier impacte aussi les troupeaux

Publié le 18/11/2016

Agriculture > Cultures >

Sur la commune de Veyrac, Jean-Éric Fissot, éleveur en agriculture biologique, a trouvé une vache avec une patte cassée. Il pense que l’accident fait suite à l’entrée de sangliers dans le hangar qui sert d’abri au troupeau.

Lire la suite

Écophyto Dephy Pomme : Démonstration à la lumière noire

Publié le 10/11/2016

Agriculture > Cultures >

 Dans le cadre des actions Écophyto, le syndicat de défense de la pomme du Limousin, Invenio et le réseau Dephy Pomme Limousin ont organisé une journée de démonstration en verger. De nombreux matériels ont été présentés aux producteurs : pour le désherbage mécanique du sol ou les dernières évolutions en matière de pulvérisateurs.

Lire la suite

Dégâts de gibier : Une réunion historique

Publié le 03/11/2016

Agriculture > Cultures >

Depuis plusieurs mois, la FDSEA maintient une pression syndicale élevée sur les dégâts de sangliers. Ces derniers se sont multipliés et font peser une contrainte insupportable sur notre profession.

Une table-ronde de conciliation a été organisée le 26 septembre sous l’autorité de M. le préfet de la Haute-Vienne. Elle réunissait la fédération de la chasse, les syndicats représentatifs de l’agriculture et la Chambre d’agriculture. Au vu de l’enjeu pour toute la profession agricole du département, le président de la Chambre d’agriculture a porté la position unitaire des agriculteurs et les demandes dont nous étions convenus ensemble, entre professionnels, lors de la réunion préparatoire de la veille. 

Ces demandes sont exigeantes, à un niveau jamais porté auparavant par la profession mais la situation est grave et, sur certains secteurs, elle remet en question le maintien des exploitations. 

C’est pourquoi nous insistons sur la portée de ces mesures : elles doivent être départementales. C’est une nécessité à l’heure où l’on constate de fortes disparités de gestion cynégétique sur la Haute-Vienne. Dans certains secteurs, la cohabitation entre l’agriculture, activité économique, et la chasse, activité de loisirs, se passe bien. Dans d’autres, la pression des dégâts sur les cultures et les prairies est devenue intenable et les chasseurs ont perdu tout sens des priorités. 

Il faut ramener de la rationalité dans l’utilisation de l’espace rural. L’activité économique agricole, souvent fragilisée dans ces territoires, doit être préservée, tandis que le loisir ne peut passer en premier et n’exclut pas la responsabilité, notamment en matière de régulation, telle qu’elle est définie par la loi. 

M. le préfet de la Haute-Vienne a fait savoir durant la réunion qu’il partageait complètement cette vision des priorités et qu’il était mobilisé sur ce dossier pour que les agriculteurs cessent de subir les atteintes matérielles et morales dues à une gestion inadaptée du grand gibier. Des prélèvements plus importants sont absolument nécessaires et urgents, nous maintiendrons cette exigence. 

Face à notre détermination, la fédération de chasse se réunira en conseil d’administration pour examiner la suite à donner à nos demandes. Nous suivons ce dossier prioritaire et urgent de très près. 

Emmanuel Rabaud, président de la FDSEA 87.

Lire la suite

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
beau temps

17°

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -