Départ de la sous-préfète Bénédicte Martin

Départ de la sous-préfète Bénédicte Martin

Publié le 06/09/2018

Ruralite >

Territoire. Bénédicte Martin, sous-préfète des arrondissements de Bellac et Rochechouart, vient de quitter le département après des hommages appuyés à ses compétences et ses qualités humaines.

Moment d’émotion dans les très solennels salons de la préfecture, vendredi dernier. Devant une salle comble où élus et fonctionnaires d’État étaient venus la saluer, Bénédicte Martin a, elle aussi, eu quelques tremblements dans la voix au moment de quitter le département. Elle aura connu en Haute-Vienne son premier poste en prise directe avec la ruralité, elle qui sert l’État depuis plus de trente ans.

Bénédicte Martin a reçu les vives félicitations du préfet de la Haute-Vienne. Elle sera remplacée dans ses fonctions de sous-préfète par Pascale Silbermann, à compter du 10 septembre. (Ph. E. Dueso)

Pour cette native de la région parisienne qui a commencé sa carrière dans l’administration pénitentiaire, à Fresnes puis à Rennes, et l’a poursuivie en tant que magistrat administratif, à Bordeaux, l’entrée dans le corps préfectoral était l’occasion de rencontrer les acteurs du territoire. Nommée sous-préfète des arrondissements de Bellac et Rochechouart, elle y a pris ses fonctions en février 2016. « Deux ans et demi, c’est bien peu dans mon expérience au sein du service public mais ils compteront double », tant l’expérience a été riche, dense et marquante, a-t-elle noté lors de sa cérémonie de départ. « À vos côtés, j’ai appris ce qu’était un territoire rural » mais aussi l’attachement « viscéral » qu’éprouvent pour lui ses habitants.

À l’issue de cette expérience, elle avoue ne pas comprendre le peu d’attractivité des sous-préfectures auprès des hauts fonctionnaires : « Il n’y a pas plus passionnant que d’être au cœur des territoires sur des dossiers variés. » Elle aura été marquée par l’ancrage de la Haute-Vienne dans son histoire, souvent douloureuse, l’énergie des femmes qu’elle a eu l’occasion de saluer lors d’événements dédiés à leurs droits, par l’engagement des maires « en première ligne » pour intervenir sur le terrain, mais surtout par les atouts de ce département, « la Haute-Vienne dont les mérites et les initiatives doivent être mieux connus. [...] Je rends hommage aux entrepreneurs que vous êtes [...], tous engagés pour créer de la valeur, marchande ou non ».

Contrats de ruralité

Soulignant sa capacité de travail, son implication, son sens de l’écoute, son indéfectible bienveillance, son « intelligence des situations », Raphaël Le Méhauté, préfet de la Haute-Vienne, n’a pas caché son regret de voir partir Mme Martin qui quitte le corps préfectoral pour réintégrer son poste de magistrate à Bordeaux, là où étaient restées ses attaches familiales. Il a cependant souligné l’intérêt que la connaissance du terrain, en particulier des problématiques de la ruralité, aura pour la juge administrative qu’elle sera de nouveau dans quelques jours.

Au-delà de ses missions de sous-préfète, il lui avait confié la gestion de certains dossiers : elle a négocié les neuf contrats de ruralité signés dans le département, un record en région Nouvelle-Aquitaine, et déployé les dix maisons de services au public (MSAP), un autre record. Elle a aussi organisé la journée d’information sur les communes nouvelles à destination des élus et animée par les deux sénateurs spécialistes de cette question. Ce séminaire avait rencontré un très grand succès de participation.

Alors que la cérémonie de départ touchait à sa fin, quelques collègues de Bénédicte Martin écrasaient une larme furtive tandis qu’un élu, dans la foule nombreuse, résumait en un murmure à son voisin l’impression générale : « elle a été super ».

ESTELLE DUESO

 

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -