Des lycéens, députés européens d’un jour

Publié le 18/05/2018

Ruralite > Collectivités >

La Maison de l’Europe en Limousin a organisé avec trois lycées (lycée Raoul-Dautry à Limoges, lycée Pierre-Caraminot à Égletons, lycée Edmond-Perrier à Tulle) une simulation : les élèves jouaient les rôles de députés européens, en commission et lors d’une séance plénière présidée par Jean-Paul Denanot.

Lire la suite

Vers une baisse de 5% du budget de la Pac

Publié le 17/05/2018

Agriculture > PAC >

RÉACTIONS DE DÉPUTÉS EUROPÉENS

(De g. à dr.) Éric Andrieu, Michel Dantin, Jean-Paul Denanot  (Ph. Europarl.)

Éric Andrieu

Porte-parole des sociaux-démocrates européens à l’Agriculture et au développement rural

« Rapporté en euros constants et à 27, c’est ni plus ni moins qu’une baisse de 17 % du budget de la Pac, dont 14 % pour le seul premier pilier, que nous propose Bruxelles ! [...] Depuis le début, je milite pour maintenir un budget de la Pac en euros constants. Pour répondre aux défis alimentaires, climatiques et environnementaux de demain, nous devons doter l’UE de moyens conséquents. [...] Sur 100 euros gagnés, un citoyen européen reverse, en moyenne, 50 euros en impôts et cotisations sociales, dont un seul sert à financer le budget de l’UE. 49 euros restant dans les capitales des pays de l’Union, ce n’est pas acceptable ! Au moment où des États comme la Chine ou le Brésil augmentent leur budget en matière de politique agricole et alimentaire, il est complétement inconscient de la part de la Commission européenne de proposer une telle baisse ! À l’instar de ces États-continents, il est urgent que l’Europe mette en place un vrai plan stratégique de souveraineté et de sécurité alimentaire à moyen et long terme. Au xxie siècle, nos concitoyens ne devraient pas à avoir à choisir entre leur sécurité alimentaire et leur sécurité tout court ! Dans tous les cas, on ne fera pas l’économie d’une réforme de la Pac. »

Lire la suite

Dans la peau d’un député européen

Publié le 16/04/2018

Ruralite > Collectivités >

Citoyenneté. La Maison de l’Europe en Limousin organise avec trois lycées une journée de simulation au cours de laquelle les élèves créeront un Parlement européen fictif.

Comment fonctionne le Parlement européen ? Quel est le pourvoir d’un député ? Que deviennent ses actes législatifs ? Une centaine d’élèves des classes européennes de lycées limousins répondront à la fin du mois à ces questions en simulant une séance du Parlement européen au cours de laquelle ils enfileront le costume des députés.

Lucile Valadas, membre du Conseil d’administration ; Marion Cavalin, animatrice et Axel Boureaud en service civique à la Maison de l’Europe en Limousin (Ph. E. Dueso)

Lire la suite

Jean-Paul Denanot passe la main

Publié le 13/04/2018

Ruralite > Collectivités >

Politique. Karine Gloanec Maurin succède à Jean-Paul Denanot pour représenter la région Auvergne-Centre-Limousin au Parlement européen. L’élu limousin aura notamment été maire de Feytiat et président du Conseil régional.

Après 41 ans de vie publique, Jean-Paul Denanot va démissionner de son mandat de député européen. Cette échéance était prévue depuis son élection au Parlement communautaire et il souhaitait laisser à sa suppléante, Karine Gloanec Maurin, le soin de terminer le mandat pour lequel ils ont tous deux été élus.

Jean-Paul Denanot. (Ph. S. Monnet) Quant à Karine Gloanec Maurin rejoindra le Parlement européen en juin.

Quelques semaines avant de se retirer de la vie politique, Jean-Paul Denanot aura réussi à faire voter en commission son rapport sur les protéines végétales « après moultes négociations ». Le document finalement adopté a cependant conservé les orientations souhaitées par le député européen. « La remise sur la table de la question des protéines végétales nous amène à réfléchir à de nouvelles pratiques culturales, c’est ça l’idée. Il y a maintenant des moyens de robotisation notamment, de repérage par satellite, qui vont ouvrir des perspectives. L’idée de rotation des cultures est un autre point fort du rapport. Les rotations de cultures avec des légumineuses qui captent l’azote de l’air évitent l’apport d’intrants nitrés et les nuisibles ne peuvent pas s’installer durablement. La France est autonome en protéines végétales à 50 % mais l’Europe est déficitaire à 90 %. L’un des objectifs du rapport est qu’on ne soit pas soumis aux importations de protéines végétales notamment d’Amérique du Sud parce qu’aujourd’hui elles sont préemptées par la Chine qui s’assoit sur les accords de l’OMC et qui achète des terrains au Brésil et cultive pour son compte. Il y a un risque réel de pénurie de protéines végétales en Europe. L’objectif du rapport est que la prochaine Pac encourage ceux qui vont se lancer dans ces cultures en structurant les filières et avec des débouchés derrière. »

Lire la suite

FDO 87 : Stop à la baisse des soutiens !

Publié le 10/02/2018

Agriculture > Ovins >

FDO 87. Réunis en assemblée générale, les responsables de la FDO ont fait part de leurs inquiétudes devant la baisse de l’aide ovine et la réforme de l’ICHN. La pression se poursuit auprès des parlementaires.

Le critère « élevage extensif-autonomie fourragère » donne pour l’instant son caractère d’éligibilité à la Haute-Vienne pour le nouveau dispositif ICHN. Ce statut est « une victoire syndicaleCe n‘est pas une victoire anecdotique, c‘est vraiment important », a indiqué Emmanuel Rabaud, président de la FDSEA, lors de l’assemblée générale de la FDO.

Claude Souchaud (au centre) avec, à sa gauche, Emmanuel Rabaud (FDSEA) et Michaël Chariot (DDT) et, à sa droite, Patrick Soury (FNO) et Jean-Marie Delage (Chambre d’agriculture). (Ph. NP)

Baisse de l’ICHN, une perte lourde

Mais tous les départements n’ont pas la même chance comme par exemple le Lot-et-Garonne, la Dordogne ou encore les Deux-Sèvres qui devraient être exclus du dispositif sur la totalité de leur territoire. Si ce zonage est confirmé, en Nouvelle-Aquitaine cela représentera « une baisse de 200 millions d’euros de chiffre d’affaires pour la ferme régionale si les exploitations ne parviennent pas à compenser le manque d’argent lié à cette aide », indique Bertrand Dumas, de la Chambre d’agriculture. « La question de trouver des solutions de remplacement sur les exploitations se pose. Car l‘ICHN peut représenter jusqu’à 25 % des aides et parfois 50 % du revenu d’une exploitation », ajoute-t-il.

Lire la suite

Tempête sur le budget de la Pac

Publié le 03/08/2017

Agriculture > PAC >

La fin juillet est toujours un moment de crispation pour les syndicats agricoles. En effet, le ministère de l’Agriculture doit notifier à la Commission européenne, avant le 1er août, les conditions d’application de la Pac pour l’année suivante. Certains critères sont modifiables comme le pourcentage accordé à l’enveloppe du paiement redistributif ou le volume de crédits transféré du premier pilier vers le deuxième.

Le ministre Stéphane Travert a trouvé des impasses sur les financements 2019 et 2020 du deuxième pilier laissées par son prédécesseur Stéphane Le Foll. Les besoins supplémentaires ne sont pas négligeables; selon certaines sources, on arrive à totaliser des besoins qui dépassent le milliard d’euros sans tenir compte de la réaffectation de certaines enveloppes sous-utilisées.

Lire la suite

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

23°

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -