« Quand j’arriverai là-haut... »

« Quand j’arriverai là-haut... »

Publié le 11/05/2018

Ruralite >

Culture. Cent soixante-deux ans à eux deux, le centre permanent du Salon international de la caricature consacre un large espace aux dessins et peintures de Piem et Barrigue, père et fils, jusqu’au 14 août.

L’ombre de Cabu a une nouvelle fois plané sur le centre permanent du Salon international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel. Sur scène, Piem, 94 ans, venu avec son fils, Thierry Barrigue, inaugurer l’exposition qui leur est consacrée, se souvient : « Dans les dessinateurs qui nous ont quittés, il y en a qui avaient bigre de talent... Cabu, ce dessinateur fabuleux ! »

Piem et son fils, Thierry Barrigue, ont inauguré leur exposition avec panache, dérision et émotion. (Ph. Stéphane Monnet)

Piem, qui a commencé sa carrière à la sortie de la guerre, a collaboré à Témoignage Chrétien puis au Figaro. Les lecteurs du Point et de la Croix ont également vu ses dessins. « Dans les dessinateurs, y a des emmerdeurs aussi... Plantu... Non, je ne l’ai pas dit... J’ai dit comment vas-tu ? » Alternant les piques humoristiques et les remarques aigres-douces, Piem a raconté l’aventure d’une vie, « longue et belle aventure », marquée aussi de moments tragiques. « Quand j’arriverai là-haut, j’aurai quelques mots à dire à celui que j’ai un peu prié toute ma vie : bordel de nom de Dieu de merde ! »

Le président du salon, Gérard Vandenbroucke, a reconnu que « quand Thierry et moi-même avons parlé, il y a quelques mois, de faire cette exposition, nous imaginions assez difficilement que cela soit possible ». Mais les dessins, les peintures de Piem sont là, plus ou moins anciens, souvent d’actualité, et ils côtoient ceux du fils, Thierry Barrigue, qui accompagne son père depuis si longtemps : « J’ai appris de mon père beaucoup de choses. Je l’ai suivi quand il était dessinateur au Figaro, quand il était sur scène avec Barbara et Juliette Gréco à la Tête de l’Art, dans ses premiers pas à Bobino avec Brassens... Je tenais à vous dire à quel point je peux être ému en tant que fils. »

Jean d’Ormesson

Malgré sa canne, ses membres flageolants, la fatigue du voyage depuis la Touraine, Piem a pris un stylo et comme il l’a fait tant de fois a commencé un dessin tout en devisant, revenant sur sa carrière, sur ses années passées sous la houlette de Jean d’Ormesson, alors directeur du Figaro. Dans le public, une petite fille s’interroge, « C’est quoi ce dessin ? », car la main n’est plus aussi sûre et, de toute façon, Piem a dessiné un objet d’un autre temps, un appareil photo à soufflet.

À la fin de son dessin, l’artiste s’installe à nouveau dans son fauteuil roulant, il se cale confortablement et regardant la foule : « Il n’y a rien de plus con qu’un dessinateur qui veut prendre la parole et qui n’a rien à dire»

STÉPHANE MONNET

 

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
variable, orageux

18°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -