Glyphosate : lettre ouverte au président de la République

Glyphosate : lettre ouverte au président de la République

Publié le 30/11/2017

Agriculture > Cultures >

Monsieur le Président,

Après plusieurs mois de palabres à coup d’expertises scientifiques contradictoires, systématiquement fourbies par des lobbys radicalement opposés, les États membres viennent de valider la proposition de la Commission européenne d’homologuer pour 5 nouvelles années le glyphosate.

Nous avons tous conscience que la voie d’avenir, pour notre santé et celle des consommateurs, est une diminution progressive de l’usage des phytopharmaceutiques. Nos structures de développement et de conseil y travaillent au quotidien depuis plus de 10 ans avec des résultats probants mais également quelques impasses techniques qui mettront du temps à être levées.

Ainsi la question du délai qui nous est donné a une réelle importance. S’il n’est pas évident que 5 ans soient pleinement suffisants, nous sommes totalement mobilisés pour relever ce défi.

Au lendemain de votre élection, lors de votre venue sur notre département, nous avions beaucoup apprécié votre souhait d’arrêter la surtransposition des normes européennes en droit français. Aussi votre choix d’un arrêt sous 3 ans de l’usage du glyphosate en France nous est incompréhensible. À l’heure d’une concurrence exacerbée entre producteurs des différents pays, vous devez être conscient que l’enchérissement, même minime, des coûts de production ne saura être compensé par les prix de vente. Or il est acté que tout arrêt anticipé du glyphosate aura comme conséquence immédiate soit une baisse des rendements soit le recours à des alternatives plus coûteuses, et d’ailleurs pas nécessairement plus saines. Cette contrainte viendra s’ajouter à d’autres distorsions majeures auxquelles nous faisons face au quotidien, au nombre desquelles : le coût du travail, l’imposition, la règlementation environnementale ou encore la réglementation Pac.

Votre ambition européenne est louable et porteuse d’espoir. Aussi nous considérons qu’un premier acte concret en la matière serait de respecter cette décision des États membres, afin que sur ce point, qui en appellera d’autres, les agriculteurs français soient traités à l’égal de leurs collègues européens.


Jean-Marie Delage, président de la Chambre d’agriculture de la Haute-Vienne
Hervé Forestier, président de Natéa
Jérôme Gourcerol, président de JA 87
Emmanuel Rabaud, président de la FDSEA 87

 

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
pluie modérée

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -