Jean-Paul Denanot passe la main

Jean-Paul Denanot passe la main

Publié le 13/04/2018

Ruralite > Collectivités >

Politique. Karine Gloanec Maurin succède à Jean-Paul Denanot pour représenter la région Auvergne-Centre-Limousin au Parlement européen. L’élu limousin aura notamment été maire de Feytiat et président du Conseil régional.

Après 41 ans de vie publique, Jean-Paul Denanot va démissionner de son mandat de député européen. Cette échéance était prévue depuis son élection au Parlement communautaire et il souhaitait laisser à sa suppléante, Karine Gloanec Maurin, le soin de terminer le mandat pour lequel ils ont tous deux été élus.

Jean-Paul Denanot. (Ph. S. Monnet) Quant à Karine Gloanec Maurin rejoindra le Parlement européen en juin.

Quelques semaines avant de se retirer de la vie politique, Jean-Paul Denanot aura réussi à faire voter en commission son rapport sur les protéines végétales « après moultes négociations ». Le document finalement adopté a cependant conservé les orientations souhaitées par le député européen. « La remise sur la table de la question des protéines végétales nous amène à réfléchir à de nouvelles pratiques culturales, c’est ça l’idée. Il y a maintenant des moyens de robotisation notamment, de repérage par satellite, qui vont ouvrir des perspectives. L’idée de rotation des cultures est un autre point fort du rapport. Les rotations de cultures avec des légumineuses qui captent l’azote de l’air évitent l’apport d’intrants nitrés et les nuisibles ne peuvent pas s’installer durablement. La France est autonome en protéines végétales à 50 % mais l’Europe est déficitaire à 90 %. L’un des objectifs du rapport est qu’on ne soit pas soumis aux importations de protéines végétales notamment d’Amérique du Sud parce qu’aujourd’hui elles sont préemptées par la Chine qui s’assoit sur les accords de l’OMC et qui achète des terrains au Brésil et cultive pour son compte. Il y a un risque réel de pénurie de protéines végétales en Europe. L’objectif du rapport est que la prochaine Pac encourage ceux qui vont se lancer dans ces cultures en structurant les filières et avec des débouchés derrière. »

Jean-Paul Denanot présentera le 23 avril ce rapport à la Commission européenne qui rédigera un projet de texte législatif sur la question. « Je suis très satisfait de terminer ma carrière sur ce succès-là. »

Monsanto

« La commission Pest* est en place depuis le 12 mars suite au scandale du glyphosate. Cette commission va aussi s’inquiéter du rapprochement Monsanto/Bayer. La Commission européenne a donné son feu vert, le Parlement ne l’a pas donné, on va voir comment vont se passer les choses. Éric Andrieu (ndlr : le président de la commission Pest) aura beaucoup de travail pour faire des auditions, pour essayer de démêler le vrai du faux parce que beaucoup d’informations arrivent et peu sont vérifiées. Il faut faire un travail un peu scientifique sur cette question-là. »

Finances de l’UE

Quant au vote en commission du budget du futur cadre financier pluriannuel, Jean-Paul Denanot y voit « un petit progrès. Le Parlement propose de passer de 1 % des richesses nationales à 1,3 % pour le budget européen. C’est loin d’être neutre. De mon point de vue, ce n’est pas suffisant mais c’est un premier pas. Maintenant, ça va être compliqué parce que le Conseil va donner son avis et va probablement tenir sur les 1 %, le Parlement va tenir sur les 1,3 % et la Commission va arbitrer. On va trouver une cote mal taillée. On tient absolument à maintenir la Pac au niveau de budget où elle est et on a fait des amendements en ce sens. On milite aussi pour que les fonds de cohésion soient maintenus. Dans toutes les régions d’Europe, il y a des points de fragilité, même dans les pays riches. Sur la question budgétaire on a fait une petite avancée. On a réussi à supprimer l’idée de la droite européenne de macro-conditionnalité qui consiste à supprimer les fonds structurels aux États qui ne rentrent pas dans les clous des critères de Maastricht. On s’est insurgé contre ça parce que les régions ne sont pour rien dans la situation des États. On est passé à une voix près mais il n’y aura pas de macro-conditionnalité. »

Jean-Paul Denanot met fin à son mandat le 11 juin. « J’aurais pu arrêter un peu plus tôt mais symboliquement je souhaite rendre hommage aux victimes d’Oradour-sur-Glane et à Robert Hébras qui a reçu le prix du citoyen européen et qui le mérite. »

ESTELLE DUESO

* Pest est une commission d’investigation sur le système d’autorisation des pesticides en Europe mise en place par le Parlement européen.


« Je suis une élue du milieu rural »

Karine Gloanec Maurin sera, à la mi-juin, députée européenne de la circoncription Limousin-Centre-Auvergne (voir ci-dessus). Issue d’une formation artistique et poursuivant sa carrière dans le secteur de la culture, elle est entrée en politique en 1995, en tant que conseillère municipale de sa commune, Saint-Agil (Loir-et-Cher). « Je suis une élue du milieu rural, dans une petite commune de 280 habitants qui est devenue commune nouvelle de 1 000 habitants en janvier 2018. C’est cette commune qui m’a amenée à m’engager en politique. Jusque-là, j’étais militante associative dans le milieu culturel. Mon regard s’est alors tourné vers les politiques publiques et je me suis très fortement engagée pour les politiques culturelles mais aussi pour le développement territorial en milieu rural, ce qui m’a amenée à prendre des responsabilités dans ma famille politique puisque j’ai rejoint le parti socialiste. J’ai été secrétaire nationale en charge de la culture et membre de la commission agriculture de mon parti. J’ai été également vice-présidente du Conseil régional Centre - Val-de-Loire en charge des relations internationales, de la coopération décentralisée et des politiques européennes. Cette dimension européenne a beaucoup motivé mon parcours politique. J’ai été très mobilisée par l’association des communes et collectivités d’Europe (AFCCRE) dont j’ai été vice-présidente, et par l’association des régions d’Europe (ARE). J’ai également été membre du comité des régions à Bruxelles. » Pour cette ancienne élue régionale, le lien entre Europe et ruralité est une évidence : « En 2014, les régions sont devenues autorités de gestion pour les fonds européens. J’ai fait partie de la commission « Europe » de l’association des régions de France qui a négocié avec la Datar puis avec le CGET (commissariat général à l’égalité des territoires) pour le meilleur transfert possible de cette responsabilité. Je me suis particulièrement occupée de la question du développpement rural sur le deuxième pilier mais aussi sur la question des aides aux agriculteurs du premier pilier. Sur ma région, j’ai travaillé avec les jeunes agriculteurs et la Chambre d’agriculture. Je vais rejoindre la commission agricole du Parlement européen et je vais maintenant m’atteler à des responsabilités sur l’évolution de la Pac. Je suis très honorée de rejoindre le Parlement européen et particulièrement cette commission parce que pour moi ça a beaucoup de sens d’être là au moment où il va falloir négocier finacièrement le budget alloué à la Pac mais aussi les modifications à apporter pour répondre aux évolutions de l’agriculture d’aujourd’hui. [...] Je défendrai une agriculture de petites exploitations mais aussi d’exploitations plus importantes. Il s’agit de nourrir le monde et il faut répondre à cette priorité de sécurité alimentaire tout en étant très attentif aux exploitations qui ont besoin d’un soutien plus fort et à la modernisation des pratiques agricoles. »

Présence sur le terrain

Quant à la représentation des territoires après le prochain scrutin européen qui sera sur listes nationales, Karine Gloanec Maurin y voit un enjeu relevant de la responsabilité des députés : « Dans la réalité, les listes étaient déjà gérées à l’échelon national. C’est à chaque député d’avoir conscience que plus on parle d’Europe, mieux c’est. Il faut aller sur le terrain, je l’ai beaucoup fait quand j’étais en charge des politiques européennes pour la région, il faut aller à la rencontre de nos concitoyens le plus possible pour parler d’Europe, faire comprendre que l’Europe a aussi une mission protectrice, que c’est un accompagnement pour chacun. Il y a beaucoup de sujets qui ne peuvent être traités qu’au niveau européen pour avancer et se placer dans le monde. »

La députée européenne a prévu d’être présente sur l’ensemble de sa circonscription : « c’est un des rôles du parlementaire ».

ESTELLE DUESO

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
en partie ensoleillé

15°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -