Rectorat : La mobilisation a fait bouger les lignes

Rectorat : La mobilisation a fait bouger les lignes

Publié le 05/07/2018

Ruralite >

Éducation. Alors qu’un rapport préconise la disparition des rectorats de Limoges et Poitiers au profit de celui de Bordeaux, une manifestation était organisée devant le rectorat de Limoges. Une délégation a été reçue par la rectrice.

Depuis l’annonce en 2015 de la fusion des trois Région Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes, l’annonce de la disparition des rectorats de Limoges et Poitiers revient de façon récurrente. En déplacement en Creuse en mai, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, constatait que la France possédait désormais treize Régions mais trente rectorats et que cela occasionnait « toute une série de problèmes ».

 Christine Gavini-Chevet, rectrice de l’académie de Limoges, a reçu une délégation des manifestants, mercredi 27 juin. (Ph. Stéphane Monnet)

Dans un rapport qui lui a été remis en mars, il est écrit dans cette langue propre à ce type de littérature : « Le constat est aujourd’hui indiscutable : pour être efficaces et reconnus dans des régions aux compétences et aux pouvoirs croissants, les ministères chargés de l’éducation nationale doivent y être représentés par une autorité unique, qui arrête les stratégies les mieux adaptées aux contextes territoriaux et pilote leur mise en œuvre vers les objectifs des politiques nationales concernées. » En clair : il faut un seul rectorat et un seul recteur par Région.

En visite au rectorat de Poitiers le 25 juin, le ministre de l’Éducation nationale a été interrogé sur les conclusions émises par ce rapport : « C’est une façon de pouvoir se réorganiser, les personnes ne seront jamais déplacées de force. Il y a plutôt un champ d’opportunité. Le sujet, il est qualitatif. Nous avons plusieurs années pour accomplir ce que dit ce rapport. »

Mobilisation

Ces paroles d’apaisement n’ont pas convaincu les syndicats (CGT-éducation, FO, FSU, SGEN-CFDT, SE-Unsa, Snalc, Sud Éducation) qui avaient appelé à manifester mercredi 27 juin devant le rectorat de Limoges. Un peu moins de deux cents personnes ont répondu à leur appel, dont plusieurs élus locaux, régionaux et départementaux (qui ont par ailleurs adopté des motions de protestation). Christine Gavini-Chevet, rectrice de l’académie de Limoges, a accepté de recevoir une délégation.

« Elle a été très à l’écoute des inquiétudes des syndicats, se souvient Gulsen Yildirim, élue départementale, présente à la réunion. Elle a également constaté que la mobilisation des personnels et des élus avait fait bouger les choses. Le ministre a vu que nous étions la seule académie à nous mobiliser et il a pris conscience des spécificités de la Nouvelle-Aquitaine» Huguette Tortosa, conseillère régionale, qui avait présenté une motion "Rectorat, pour un maintien des services publics sur le territoire" lors de la dernière séance plénière de Nouvelle-Aquitaine, a demandé à Christine Gavini-Chevet que représenterait ce super rectorat bordelais. "Elle m'a répondu 85 000 personnes. Je n'imaginais pas autant. J'ai à nouveau insisté sur les spécificités de notre si grande Région et de nos territoires ruraux."

Sur cette question des fusions de rectorats, le Premier ministre devrait faire des annonces le 16 juillet (la date n'a cessé d'être reportée). Dans leur communiqué, les syndicats regrettent que « depuis un an, le président de la République et le ministre martèlent à qui veut bien les croire que la ruralité est protégée. On se demande par quoi. Par l’isolement ? Pour faire suite à la nouvelle carte régionale, tous les centres décisionnaires s’évanouissent des villes moyennes et des campagnes et en matière scolaire, le déterminisme territorial, bien souvent accompagné d’un déterminisme social, pénalise le parcours des élèves. En quoi réside l’équité territoriale annoncée à grand renfort de communication quand les interlocuteurs s’éloignent ? Les deux académies concernées sont essentiellement rurales, avec des établissements à petits effectifs, des écoles aux lycées. »

STÉPHANE MONNET

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -