Pas de front commun pour défendre le territoire aux assises de la mobilité

Pas de front commun pour défendre le territoire aux assises de la mobilité

Publié le 08/09/2017

Ruralite > Transports >

Le rapport de Michel Delebarre sur « l’accessibilité du Limousin et des territoires limitrophes » rendu public au cœur de l’été avait pris les élus de court. Il en ressortait toutefois qu’à part Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports, il ne satisfaisait pas grand monde.

Gérard Vandenbroucke, président de Limoges Métropole, avait déclaré le 28 juillet : « heureusement que je ne me faisais aucune illusion sur ce rapport, parce que si j’avais eu des illusions, je tomberais de haut » et il avait promis des initiatives rapides. Émile-Roger Lombertie, maire de Limoges, Sophie Beaudouin-Hubière, députée, reconnaissaient qu’il faudrait agir de concert. « Si nous n’arrivons pas, localement, à faire front uni, il se passera ce qui s’est passé avec la LGV » précisait la députée LREM.

Quelques semaines plus tard, le 7 septembre, un courrier était envoyé au Premier ministre Édouard Philippe. Il était signé : Gérard Vandenbroucke, président de Limoges Métropole, Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, Jean-Claude Leblois, président du Conseil départemental de la Haute-Vienne, Marie-Françoise Pérol-Dumont et Jean-Marc Gabouty, sénateurs de la Haute-Vienne, Jean-Paul Denanot, député européen, Pierre Massy, président de la CCI de la Haute-Vienne, Jean-Marie Delage, président de la Chambre d’agriculture de la Haute-Vienne, Jean-Pierre Gros, président de la Chambre régionale de métiers et de l’artisanat, et Alain Célérier, président de l’université de Limoges.

Ni le maire de Limoges, ni les députés de la Haute-Vienne n’ont tenu à signer le document. La députée Marie-Ange Magne a fait savoir via notre compte twitter, sans exposer les raisons de sa non-participation à cette initiative commune, qu’elle reviendra sur le sujet du désenclavement « dans une prochaine communication. Il est important de vous expliquer notre position, même si vous avez déjà des indices ».

Pas de front uni

Même si la lettre explique que le rapport Delebarre ne peut pas « constituer une réponse sérieuse aux attentes des citoyens, des élus et des acteurs socio-économiques de notre territoire », il est difficile de voir ce qui a empêché la constitution d’un front commun de nos élus sur la question, alors que se précisent les assises de la mobilité qui doivent identifier les « attentes à l’horizon 2030 » et déboucher sur une loi d’orientation (premier semestre 2018) qui comportera, avait précisé Élisabeth Borne, « une vision à moyen terme des infrastructures et une programmation, année par année, des projets et des financements de l’État sur une période de cinq ans ».

Le courrier adressé au chef du gouvernement identifie deux priorités : la mise à 2x2 voies de la RN 147, en étudiant toutes les solutions, « y compris une concession autoroutière » et la « restauration d’une véritable liaison aérienne de qualité entre Limoges et les aéroports parisiens ».

Par ailleurs, il était rappelé à l’État ses engagements pris sur la ligne Polt afin que « le renouvellement du matériel roulant sur cette ligne se fasse dans les plus brefs délais. » Dans le dernier paragraphe, il est demandé une participation financière de l’État pour la mise en place sur la communauté d’agglomération de Limoges Métropole de lignes de bus à haut niveau de service (BHNS) et un « rendez-vous dans les meilleurs délais ».

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
pluie modérée

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -