Dégâts de la faune sauvage : une application smartphone pour déclarer les dégâts constatés

Publié le 06/06/2017

Agriculture >

Déclaration des dégâts. Une application est disponible depuis le 5 juin pour permettre aux agriculteurs de déclarer depuis leur smartphone les dégâts constatés. La procédure est simple. 

Lire la suite

Mon mobile passe ou pas ?

Publié le 05/04/2017

Ruralite > Numérique >

L’Arcep, notre gendarme des télécoms, publie désormais sur son site un observatoire de la couverture mobile des territoires. Au moyen d’une carte, l’utilisateur peut zoomer sur sa commune et visualiser la couverture fournie par les quatre opérateurs : Orange, Bouygues, SFR et Free. On voit par exemple que sur Le Chalard, SFR passe moins bien que les autres opérateurs.

Cet observatoire s’inscrit dans le cadre des actions que mène l’Arcep pour améliorer l’information des utilisateurs en matière de couverture et de qualité des services. Pour choisir un opérateur, les utilisateurs peuvent, en effet, s’appuyer sur 4 critères : le contenu de l’offre, le prix, la qualité de service de l’opérateur et sa couverture. Si les informations disponibles sur le marché permettent bien de comparer les opérateurs sur les deux premiers critères, la comparaison de la couverture et de la qualité des opérateurs est quant à elle complexe, en particulier pour les services mobiles. L’Arcep s’attache donc à améliorer la transparence du marché sur ce point en fournissant cette carte en ligne dont les données sont régulièrement mises à jour et disponibles en open data.

En introduction de la carte, l’internaute peut retrouver les dernières enquêtes menées par l’Arcep et s’apercevoir que la fracture numérique existe aussi pour les liaisons mobiles : « L’écart de qualité entre la zone rurale et la zone urbaine du territoire demeure toutefois important, qu’il s’agisse des appels vocaux ou des débits. Le débit moyen mesuré avec un terminal 4G est de 6 Mbit/s en zone rurale et de 30 Mbit/s en zone dense. »

https://monreseaumobile.fr

Lire la suite

60 propositions pour l’élevage

Publié le 06/04/2016

Agriculture >

La mission d’information de l’Assemblée nationale sur l’avenir de l’élevage a émis une soixantaine de propositions, le 30 mars. Elle a constaté « des relations commerciales très difficiles, avec accaparement de la valeur par les industriels et surtout les distributeurs, réunis en quatre centrales d’achat qui s’adjugent 90 % du marché », selon Damien Abad (LR, Ain), président de cette mission. Les parlementaires ont déploré la « faiblesse des organisations de producteurs et des éleveurs, encore trop peu investis dans les coopératives et les organisations de production ». Annick Le Loch(Socialiste, Finistère) estime que « les interprofessions qui ne fonctionnent pas bien dans la viande bovine et le lait en particulier doivent s’organiser pour peser davantage ». Son corapporteur Thierry Benoit (UDI, Ille-et-Vilaine) a insisté sur une nécessaire « clarification des relations commerciales ».

De son côté, Annick Le Loch a insisté sur l’activation immédiate des outils européens pour soutenir les productions en difficulté, avec notamment pour le lait et le porc la possibilité de réduire la production si nécessaire et de profiter de la révision de la Pac à partir de 2018 pour « réfléchir à un mécanisme de sécurisation des prix et des marges ». Les députés souhaitent également une harmonisation fiscale et sociale au sein de l’Europe. De plus, ils soutiennent l’étiquetage sur l’origine des viandes dans les plats transformés.

Le rapport défend l’adoption d’un « crédit d’exportation à l’échelle européenne », mais souhaite voir exclues de la négociation du Traité de libre-échange transatlantique avec les États-Unis « certaines productions sensibles » comme la viande bovine. Thierry Benoît a par ailleurs soulevé « le problème de confiance entre les éleveurs et l’État » à propos de la multiplication des contrôles.

Téléchargez les 60 propositions pour l'élevage (.pdf)

Lire la suite

Lettre ouverte de Jean-Paul Denanot aux électeurs de la circonscription Centre-Massif central

Publié le 30/11/2015

Ruralite > Collectivités >

"C’est pourquoi aussi je veux vous convaincre avec le poids de toute mon expérience, avec les arguments du coeur et de la raison, que les dimanches 6 et 13 décembre, il faut aller voter et faire voter pour les forces politiques de progrès et au service de la République."

Lire l'intégralité de la lettre. 

Lire la suite

Plan de soutien à l'élevage : courriers type pour faire ses demandes

Publié le 02/10/2015

Agriculture >

Mesures fiscales, mesures sociales, télécharger nos lettres type (format .doc ou .pdf) : 

Lettre type si vous avez des surfaces en fermage, Lettre type pour les surfaces exploitées en propriété, Courrier de demande de changement d’assiette de cotisations, Courrier de demande de prise en charge ou de report de cotisations.

Lire la suite

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

25°

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -