La dématérialisation, impossible pour les retraités

Publié le 25/08/2015

Ruralite > Numérique >

Mi-juin, la Section nationale des anciens exploitants de la FNSEA a adressé un courrier à Pascal Cormery, le nouveau président de la caisse centrale de MSA. En question, la mise en place de la dématérialisation, inapplicable pour les retraités agricoles.

Par souci d’économie, de nombreux organismes ont de plus en plus souvent recours à la dématérialisation. La MSA ne fait pas exception à la tendance. À l’avenir, plus de décompte de remboursements envoyé par courrier, pour la majeure partie des adhérents. La dématérialisation engagée progressivement par la MSA n’est pas sans poser problème, particulièrement pour les retraités.

Interpellée par ses adhérents, la SNAE se mobilise d’ailleurs sur le sujet. Le 15 juin, c’est au nouveau président de la MSA que la SNAE a envoyé un courrier, pas dématérialisé celui-là, pour attirer son attention sur les écueils de cette politique mise en place par la MSA. Jean-Paul Bizien, président de la SNAE, y rappelle quelques chiffres édifiants : 75 % des adhérents de la MSA sont des retraités et parmi eux 84 % ne disposent pas d’un accès internet. Au-delà de la question des zones blanches qui subsistent dans de nombreux territoires, des freins plus forts existent. Les retraités agricoles sont en effet en majorité peu familiers de l’outil informatique et n’ont pas forcément d’ordinateur à disposition, qui plus est connecté. « L’état d’esprit dans notre réseau est l’incompréhension : « absurde », « révoltant » sont les remontées que nous entendons actuellement », rapporte Jean-Paul Bizien dans son courrier.

Si la SNAE est consciente de la nécessité pour la MSA de faire des économies et de suivre le progrès, elle lui reproche sa politique du « tout ou rien » et réclame des dispositions plus mesurées. Elle propose par exemple un seuil de déclenchement de la missive pour les assurés ayant des pathologies lourdes qui entraînent des soins coûteux, la possibilité d’un envoi trimestriel ou encore l’envoi systématique de courrier pour les plus de 80 ans.

Enfin, la SNAE annonce que sa démarche sera relayée en région dès la rentrée. Les sections régionales des Anciens exploitants sont en effet appelées à rencontrer les élus MSA locaux pour aborder la question et trouver des pistes d’amélioration.

P. Dumont.

Lire la suite

Axione Limousin : dix ans d’une belle aventure technique et humaine

Publié le 16/07/2015

Ruralite > Numérique >

Ils sont trois, peu connus du grand public, ils ont œuvré au sein de l’entreprise Axione à l’aménagement numérique du Limousin. Pierre-Éric Saint-André, Éric Jammaron et Frédéric Bordes poursuivent ensemble une aventure commencée il y a dix ans.

En janvier 2005, Facebook n’est connu de personne, Twitter n’existe pas, la première Freebox vient juste de faire son apparition, Orange n’a pas remplacé Wanadoo et les élus du Limousin (toutes tendances confondues) ont décidé de s’attaquer à la fracture numérique. Leur projet : couvrir 93 % de la population avec des débits de 1, oui, 1 Mbps et raccorder au moins 73 zones artisanales. Pour l’époque, c’est ambitieux.

Entre les deux photos, dix ans se sont écoulés. La photo de gauche est parue dans le Populaire début 2005. Cette photo a été prise dans le Cantal à l’été 2014 lors de la dernière édition de Ruralitic. (De g. à dr.) Pierre-Éric Saint-André, directeur général d’Axione, Éric Jammaron, directeur du pôle « Territoires » de la société Axione, et Frédéric Bordes, directeur d’Axione Limousin, sont toujours là. Axione, qui comptait en 2005 une douzaine de collaborateurs, est aujourd’hui une filiale de Bouygues Energies & Services de plus de 700 salariés.

Lire la suite

Communauté de communes des Feuillardiers : La ténacité récompensée en 10 Mb/s

Publié le 13/04/2015

Ruralite > Numérique >

Que faire quand internet n’arrive toujours pas correctement dans les foyers de votre commune ? Les maires de la communauté de communes des Feuillardiers, après s’être longuement posé la question, ont décidé de passer à l’action. Malgré les sommes à engager (plus de 600 000 euros), ils viennent de voir l’achèvement de plusieurs années de lutte, d’études, de ténacité et parfois de découragement : depuis mars, 742 lignes téléphoniques privées jusqu’ici de connexion disposent désormais d’un accès haut-débit à internet.

Inauguration des équipements de montée en débit numérique de la communauté de communes des Feuillardiers. (de g. à dr.) Christophe Gérouard, président de la communauté de communes, Catherine Calmé, du cabinet Synapse (largement remerciée pour sa contribution au projet), Marie-Françoise Pérol-Dumont, qui était encore présidente du Conseil général de la Haute-Vienne, Philippe Reilhac, conseiller régional, et Franck Aupetit, délégué régional Orange en Limousin. 

Lire la suite

Axelle Lemaire suit de près le dossier de la fibre optique en Limousin

Publié le 03/02/2015

Ruralite > Numérique >

La secrétaire d’État au numérique, Axelle Lemaire, en déplacement en Limousin s’est dite enthousiasmée par cette région précurseur dans l’aménagement numérique. Alain Lagarde, président de Dorsal (qui s’occupe de cet aménagement numérique), a profité de sa venue pour l’interpeller sur les questions juridiques qui pourraient freiner l’entrée de nos territoires dans l’ère du Très Haut Débit (THD).

Axelle Lemaire, secrétaire d’État au numérique, en déplacement en Limousin. Ici sous la coupole d’Ester technopole.

Lire la suite

Colloque de Tulle : Aurez-vous la fibre optique à Noël ?

Publié le 18/12/2014

Ruralite > Numérique >

Le colloque « Très haut débit nouvelle frontière des territoires » qui s’est tenu à Tulle a été l’occasion pour les acteurs du Très Haut Débit de faire le point sur l’avancée du déploiement de la fibre. Quelle est la situation en Limousin ?

Au colloque de Tulle, (de g. à d.) Antoine Darodes, président de la mission France THD, Étienne Dugas, président de la Fédération des industriels des réseaux d’initiative publique (Firip), Dominique Watel, président du Cercle de réflexion et d’étude pour le développement de l’optique (Crédo), et Alain Lagarde, président de Dorsal.

Lire la suite

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

19°

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -