Haute-Vienne : allier biosécurité et vigilance

Publié le 21/09/2018

Agriculture > Sanitaire >

Sanitaire. La peste porcine africaine a été identifiée sur deux sangliers la semaine dernière en Belgique, à 10 km de la frontière avec la France. La vigilance est de mise sur l’ensemble du territoire.

Le virus de la peste porcine africaine (PPA) a été confirmé par les autorités sanitaires belges la semaine dernière sur deux sangliers sauvages dans une commune située à une dizaine de kilomètres de la frontière avec la France. Ce sont les premiers cas de PPA observés en Europe occidentale, cette pathologie se cantonnant jusque-là en Europe orientale. Le ministère de l’Agriculture a immédiatement pris les mesures qui s’imposent et 133 communes situées sur les départements des Ardennes, de la Meuse, de la Meurthe-et-Moselle et de la Moselle ont été placéEs en zone d’observation. Des mesures spécifiques y sont prises par rapport à la faune sauvage avec une surveillance accrue des sangliers abattus sur la zone. Les élevages de porcs sont également appelés à signaler toute mortalité, le vétérinaire assurant le relais avec la DDCSPP, indique Jérôme Théry, chef du service Santé, protection animales et environnement à la DDCSPP de la Haute-Vienne.

Lire la suite

Glanges inaugure son école

Publié le 21/09/2018

Ruralite > Collectivités >

Ruralité. Le 7 septembre, la mairie de Glanges a inauguré sa nouvelle école en présence de nombreuses personnalités. Toutes ont mis en avant l’importance d’investir dans le monde rural.

La mairie de Glanges a inauguré sa nouvelle école en présence de Jérôme Decours (secrétaire général de la préfecture), Jean-Claude Leblois (président du Conseil départemental) et Patrice Rousseau, l’inspecteur de l’éducation nationale de la 6e circonscription de la Haute-Vienne. (Ph. TG)

 

Lire la suite

Effacement du seuil Parry sur la Vienne

Publié le 07/09/2018

Ruralite >

La DTT 87 a procédé à l'effacement du seuil Parry sur la Vienne. Ce seuil construit en 1886 par monsieur Parry pour irriguer des prairies n'avait plus d'utilité. Il avait été acquis par l'État lors de la construction de l'A20.

Lire la suite

Moins de portables plus de sérénité

Publié le 07/09/2018

Ruralite > Collectivités >

Éducation. Dans les 34 collèges haut-viennois, 14 398 élèves étaient attendus pour la rentrée. Jean-Claude Leblois a redit aux personnels (hors Éducation nationale) qu’il n’y aurait plus de remplaçants, contrainte budgétaire oblige.

Lors de la rentrée des classes dans les collèges haut-viennois, ce 3 septembre, chacun avait ses préoccupations. Les professeurs principaux, bien sûr, avaient en charge d’accueillir les nouveaux, tout droit arrivés des écoles primaires.

(De g. à dr.) Fabrice Escure, conseiller départemental, Jean-Claude Leblois, président du Conseil départemental, Christine Gavini-Chevet, rectrice, Chérifa Tlemsani, conseillère départementale, et Rémy Viroulaud, conseiller départemental et élu de la ville de Limoges, devant une classe de 6e au collège Bernart-de-Ventadour (Limoges). (Ph. Stéphane Monnet)

Les élèves s’inquiétaient : les téléphones portables étaient-ils désormais interdits dans l’enceinte de l’établissement ? À Ventadour, la réponse est venue de la rectrice d’académie, Christine Gavini-Chevet, en visite de rentrée avec le président du Conseil départemental, Jean-Claude Leblois, et le préfet de la Haute-Vienne, Raphaël Le Méhauté. « L’usage du téléphone portable est effectivement interdit, a-t-elle confirmé. Quand un élève lui a demandé pour quelles raisons, elle a expliqué aux 6e présents devant elle : « Vous allez voir, c’est un grand bonheur de passer un certain temps dans la journée sans regarder son téléphone. Le téléphone portable ça devient un peu comme une addiction, on a tendance à le regarder de plus en plus et après on ne peut plus s’en passer, et après on est malheureux et on apprend moins bien. Alors que là vous allez avoir toute la journée de travail sans téléphone, sans sonnerie, sans préoccupations qui viennent de l’extérieur, vous allez pouvoir apprendre en toute sérénité. »

Lire la suite

Départ de la sous-préfète Bénédicte Martin

Publié le 06/09/2018

Ruralite >

Territoire. Bénédicte Martin, sous-préfète des arrondissements de Bellac et Rochechouart, vient de quitter le département après des hommages appuyés à ses compétences et ses qualités humaines.

Moment d’émotion dans les très solennels salons de la préfecture, vendredi dernier. Devant une salle comble où élus et fonctionnaires d’État étaient venus la saluer, Bénédicte Martin a, elle aussi, eu quelques tremblements dans la voix au moment de quitter le département. Elle aura connu en Haute-Vienne son premier poste en prise directe avec la ruralité, elle qui sert l’État depuis plus de trente ans.

Bénédicte Martin a reçu les vives félicitations du préfet de la Haute-Vienne. Elle sera remplacée dans ses fonctions de sous-préfète par Pascale Silbermann, à compter du 10 septembre. (Ph. E. Dueso)

Lire la suite

Écoles rurales : le couperet des effectifs

Publié le 22/07/2018

Ruralite > Collectivités >

Carte scolaire. À l’occasion de la signature de la convention pour l’aménagement scolaire, deux visions de l’école en ruralité, celle de l’État et celle des élus locaux, ont montré leurs divergences.

Une convention « pour un aménagement du territoire scolaire » vient d’être signée en Haute-Vienne par l’association départementale des maires (ADM 87) et l’association départementale des maires ruraux d’une part et l’Éducation nationale d’autre part. Tous les départements situés autour de la Haute-Vienne avaient contracté un tel engagement en 2017 et l’objectif de l’Éducation nationale est de mettre en place partout ces « conventions ruralité ».

Lire la suite

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -