Haute-Vienne : allier biosécurité et vigilance

Publié le 21/09/2018

Agriculture > Sanitaire >

Sanitaire. La peste porcine africaine a été identifiée sur deux sangliers la semaine dernière en Belgique, à 10 km de la frontière avec la France. La vigilance est de mise sur l’ensemble du territoire.

Le virus de la peste porcine africaine (PPA) a été confirmé par les autorités sanitaires belges la semaine dernière sur deux sangliers sauvages dans une commune située à une dizaine de kilomètres de la frontière avec la France. Ce sont les premiers cas de PPA observés en Europe occidentale, cette pathologie se cantonnant jusque-là en Europe orientale. Le ministère de l’Agriculture a immédiatement pris les mesures qui s’imposent et 133 communes situées sur les départements des Ardennes, de la Meuse, de la Meurthe-et-Moselle et de la Moselle ont été placéEs en zone d’observation. Des mesures spécifiques y sont prises par rapport à la faune sauvage avec une surveillance accrue des sangliers abattus sur la zone. Les élevages de porcs sont également appelés à signaler toute mortalité, le vétérinaire assurant le relais avec la DDCSPP, indique Jérôme Théry, chef du service Santé, protection animales et environnement à la DDCSPP de la Haute-Vienne.

Lire la suite

La Fredon Nouvelle-Aquitaine sur les rails

Publié le 10/07/2018

Agriculture > Sanitaire >

OPA. L’assemblée générale de la Fredon Limousin s’est ouverte le 29 juin sur une annonce importante : la régionalisation pleine et entière de la structure est pour bientôt.

Pierre Chezalviel, président de la Fredon Limousin, est satisfait. La Fredon Nouvelle-Aquitaine, qui jusqu’à présent rassemblait les Fredon ex-Limousin et Poitou-Charentes, compte désormais dans ses rangs la Fredon ex-Aquitaine. À l’origine de ce rapprochement, l’élection d’un nouveau président en la personne de Jacques Dufrechou ainsi que d’un nouveau directeur.

 

Lire la suite

Wohlfahrtia magnifica : Signalez les attaques !

Publié le 19/06/2018

Agriculture > Sanitaire >

Sanitaire. Afin de mieux cibler les actions de lutte, un observatoire de la myiase à Wohlfahrtia magnifica est en place.

Les premières attaques de Wohlfahrtia magnifica ont été signalées dès la première semaine de juin dans le nord-ouest de la Haute-Vienne.

CONTACT CDAAS : 05 55 04 64 00

D’après les informations du terrain recueillies par la CDAAS, les premiers foyers sont pour le moment localisés au cœur de la zone qui a été fortement impactée l’an dernier. La zone d’infestation de la mouche ne se serait pas encore étendue. Afin de suivre l’évolution de cet insecte au cours de la saison 2018, les éleveurs sont invités à signaler les foyers observés sur les ovins, notamment dans le sud et dans l’est du département, sur d’autres animaux domestiques et sur la faune sauvage.

Protégez les troupeaux

Afin de réduire la pression de la mouche au sein des troupeaux, un plan collectif de lutte a été mis en place. Il est conseillé de traiter préventivement les ovins. La liste des médicaments vétérinaires disposant d’une AMM pour la prévention des mouches et des myiases est disponible dans les documents transmis par la CDAAS dans le cadre de ce plan de lutte. Il ne faut pas hésiter à se rapprocher de son vétérinaire pour demander conseil. Enfin, il est recommandé de noter les traitements effectués dans le carnet sanitaire et de conserver les factures.

Une aide financière 
de GDS France

Suite aux sollicitations de la CDAAS et des GDS 86 et 16, GDS France a prévu de débloquer une aide financière pour soutenir les éleveurs adhérents engagés dans le protocole collectif de lutte contre Wohlfahrtia. D’autre part, une demande de subvention auprès de la Région Nouvelle-Aquitaine est à l’étude.

CONTACT CDAAS : 05 55 04 64 00

Lire la suite

Wohlfahrtia : des conditions favorables à son développement

Publié le 01/05/2018

Agriculture > Sanitaire >

Ça y est, l’été s’étant invité au mois d’avril, la menace liée à Wohlfahrtia magnifica refait surface. En effet, suite aux fortes chaleurs, les pupes (formes larvaires de résistance de l’insecte) présentes dans le sol devraient commencer leur développement et les premières attaques de mouches ne devraient pas tarder. Soyez vigilants !

La lutte contre l’insecte doit débuter

Il est temps de traiter vos brebis avant que la population de mouches ne devienne trop importante. Le protocole de traitement ainsi que la liste des médicaments vétérinaires disposant d’une AMM pour la prévention des mouches et des myiases chez les ovins ont été transmis à l’ensemble des détenteurs d’ovins du département et sont disponibles auprès de vos vétérinaires ou à la CDAAS.

Pensez à noter les traitements effectués dans le carnet sanitaire et conservez les ordonnances et les factures qui pourront servir de justificatifs pour d’éventuelles indemnisations

Lire la suite

Tuberculose : miser sur la biosécurité

Publié le 25/04/2018

Agriculture > Sanitaire >

Sanitaire. Lors de l’assemblée générale de la CDAAS, les mesures à mettre en place pour limiter la propagation de la tuberculose bovine ont été largement évoquées, même si elles peuvent paraître contraignantes.

Deux sujets majeurs ont monopolisé les débats lors de l’assemblée générale de la CDAAS : la mise en place effective d’un plan collectif de lutte pour limiter la progression de la mouche à myiases Wohlfahrtia magnifica, qui s’attaque aussi bien aux ovins qu’aux bovins, et les actions à développer pour contrer la tuberculose bovine.

Source : GDS France

Il faut agir la tête froide

Ce dernier sujet inquiète. Aujourd’hui, 52 communes sont contrôlées en tuberculose bovine en Haute-Vienne. La faune sauvage est souvent incriminée dans la progression de cette maladie. Lors de l’assemblée générale, la gestion de la population de blaireaux a fait débat. Devant les propos souvent excessifs entendus dans la salle, Michel Gandois, le président de la CDAAS, a rappelé qu’il fallait faire « attention à ce qu’on raconte. C’est un sujet sérieux, on ne peut pas dire n’importe quoi ». Il a souligné qu’il était essentiel de commencer par appliquer des mesures adaptées au sein des élevages pour limiter les risques. Il a ainsi évoqué les différentes mesures de biosécurité préconisées, qui ont été présentées dans la foulée par Aurore Raffier, vétérinaire conseil.

Lire la suite

Les Cuma actrices de la biosécurité

Publié le 08/04/2018

Agriculture > Sanitaire >

FDCuma. Lors de l’assemblée générale, l’accent a été mis sur le partenariat développé avec la CDAAS afin d’accompagner les adhérents dans une réflexion autour de la biosécurité.

Parce qu’elle regroupe une centaine de Cuma auxquelles adhèrent 80 % des exploitants agricoles, la FDCuma de la Haute-Vienne propose d’engager une action forte pour endiguer la progression de la tuberculose bovine observée dans le sud du département. C’est à cette fin qu’elle a débuté la mise en place de partenariats avec la CDAAS, la Chambre d’agriculture, les Agences de l’eau, les syndicats de rivières, le service Eaux et milieux aquatiques de la DDT, l’Onema et le Conseil départemental.

Lors de l’assemblée générale, les adhérents de Cuma étaient nombreux à avoir fait le déplacement. (Ph. NP)

Lire la suite

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -