Frais d’ici : restaurer le lien entre producteurs et consommateurs

Publié le 08/06/2018

Ruralite > Santé >

Alimentation. Avec l’ouverture du magasin Frais d’ici à Limoges, la coopérative Natéa franchit une nouvelle étape dans la valorisation des produits de ses adhérents.

Alors que la loi Égalim venait d’être adoptée à l’assemblée nationale, les responsables de Natéa inauguraient à Limoges Frais d’ici, un espace de vente dédié aux produits alimentaires locaux à l’intérieur du magasin Gamm Vert. Fruits et légumes, épicerie (emballée et en vrac), produits laitiers, viande, conserves, boissons... L’offre se veut complète (1 500 produits sont référencés) pour séduire un consommateur avare de son temps mais attentif aux qualités gustatives, environnementales ou éthiques de son alimentation et près de 300 m2 de surface commerciale lui sont consacrés. Certains producteurs sont identifiés dans le magasin comme « ambassadeurs » de leur production, il s’agit d’adhérents distingués par la coopérative pour la qualité de leur travail. Ils seront ponctuellement présents dans le magasin pour des animations.

À droite au premier rang, Thierry Blandinières, directeur général du groupe coopératif InVivo, et Hervé Forestier, président de Natéa. (Ph. E. Dueso)

Lire la suite

Mutualisation, maître mot pour la MSA

Publié le 02/05/2018

Ruralite > Santé >

Santé. La MSA Limousin a tenu son assemblée générale le 27 avril dernier. La mutualisation entre les caisses des trois départements et le rapprochement avec la caisse Dordogne/Lot-et-Garonne ont été largement abordés.

La mutualisation au sein de la caisse de MSA Limousin va continuer en 2018. Après la fusion des trois caisses départementales en une seule disposant de trois sites spécialisés, le rapprochement avec la caisse Dordogne/Lot-et-Garonne initié en 2017 avec la mise en commun du service cotisations se poursuivra en 2018. « Dans un contexte de réduction de moyens et d’effectifs, c’est une alternative qui nous permet d’éviter de nouvelles fusions de caisse » a rappelé Guy Faugeron, président de la MSA Limousin.

Santé. La MSA Limousin a tenu son assemblée générale le 27 avril dernier. La mutualisation entre les caisses des trois départements et le rapprochement avec la caisse Dordogne/Lot-et-Garonne ont été largement abordés.  La mutualisation au sein de la caisse de MSA Limousin va continuer en 2018. Après la fusion des trois caisses départementales en une seule disposant de trois sites spécialisés, le rapprochement avec la caisse Dordogne/Lot-et-Garonne initié en 2017 avec la mise en commun du service cotisations se poursuivra en 2018. « Dans un contexte de réduction de moyens et d’effectifs, c’est une alternative qui nous permet d’éviter de nouvelles fusions de caisse » a rappelé Guy Faugeron, président de la MSA Limousin.    Par rapport à la crainte de voir la MSA s’éloigner de ses ressortissants à la faveur de la mutualisation, celle-ci se veut rassurante. Les permanences ne sont pas impactées et certaines deviennent même interdépartementales pour être au plus proche des assurés. Ceux de Nontron (24) et Saint-Yrieix-la-Perche peuvent ainsi se rendre indifféremment dans une ou l’autre des deux permanences. Les assurés sont aussi encouragés à devenir « connectés » en accédant à leurs services en ligne. 34 464 consultations ont été enregistrées l’an passé, soit une hausse de 16 % par rapport à 2016. D’autres chiffres ont été dévoilés par le directeur de la MSA Limousin, Éric Dalle, dans son rapport d’activité. 2017 a vu reculer le nombre d’assurés santé ainsi que celui des nouveaux retraités. 500 M€ de prestations ont été versés au total durant l’année pour 114 M€ de cotisations. « Pour 1 € perçu, ce sont 4,4 € de prestations qui sont reversés » a résumé Éric Dalle.  Toutes nos excuses Celui-ci est également revenu sur l’incident survenu en fin d’année sur le calcul des retraites. « J’ai bien conscience du désagrément causé, et je vous présente à nouveau nos excuses », a-t-il souligné.  Parmi les autres faits marquants de l’année 2017, le directeur a évoqué la mise en œuvre de la déclaration sociale nominative (DSN), le déploiement de l’aide au répit ou encore les plans Santé Sécurité au Travail et Action sanitaire et sociale. Dans son rapport moral, Guy Faugeron a pour sa part souligné les actions mises en place en réponse aux crises agricoles. « Dans les prochaines semaines, a-t-il précisé, nous rencontrerons à nouveau les organisations professionnelles agricoles et les services de l’Éat pour convenir des critères de répartition de la première enveloppe 2018 de prise en charge des cotisations. […] La MSA s’engage également à aider les cotisants qui ont connu une hausse sensible de leurs cotisations suite au passage au micro-BA. » Il a également annoncé la future création d’une cellule destinée aux employeurs dans le cadre du déploiement du nouveau TESA.  P. DUMONT

Lire la suite

Alimentation : Nutri-score : enfin opérationnel

Publié le 10/11/2017

Ruralite > Santé >

Peu désireux de voir s’appliquer sur leurs produits un étiquetage nutritionnel, industriels et distributeurs ont tenté de faire barrage.

La mise en place d’une information nutritionnelle lisible et uniforme est un long chemin semé d’embûches. L’actualité récente l’a montré. Si le logo Nutri-score vient officiellement d’entrer en vigueur, par un arrêté ministériel du 31 octobre, les formidables résistances opposées par l’industrie agroalimentaires et les distributeurs ne sont pas de bon augure pour sa généralisation.

La loi du 26 janvier 2016 prévoyait que les pouvoirs publics devaient se prononcer pour un système d’étiquetage simple, figurant sur la face avant de l’emballage des produits. Cette mesure vise à améliorer le niveau d’information des consommateurs, notamment ceux qui rencontrent le plus de difficultés sociales et qui sont le plus exposés à une alimentation déséquilibrée et donc aux pathologies qu’elle favorise.

La réglementation européenne ne permet pas, en l’état actuel, d’imposer une information nutritionnelle et Nutri-score repose donc sur « le volontariat des entreprises de l’agroalimentaire et des distributeurs », indique le ministère de la Santé. Certains eurodéputés avaient porté auprès du Parlement européen un projet d’étiquetage basé sur les feux tricolores (ce système est actuellement en vigueur au Royaume-Uni). Les industriels ont exercé un intense lobbying (l’ONG Corporate Europe Observatory estime qu’ils auraient dépensé pour cette opération plus d’un milliard d’euros) et le projet n’a pas été voté.

Lire la suite

Saint-Léonard-de-Noblat : Pose de la première pierre du Chimb

Publié le 02/12/2016

Ruralite > Santé >

Le Centre hospitalier intercommunal Monts et Barrages (Chimb) va faire peau neuve. Les élus et les représentants des services de l'État ont posé la première pierre du nouvel établissement.

Lire la suite

Balades solidaires 2016 : un nouveau record de dons

Publié le 13/06/2016

Ruralite > Santé >

Depuis 2012, des « balades solidaires » ont lieu chaque année dans toute la France, essentiellement au mois de juin. Toutes les entités du groupe Groupama participent à l’événement.

La Fédération départementale de Haute-Vienne de Groupama Centre-Atlantique a organisé les balades solidaires sur le thème « Ensemble pour vaincre les maladies rares » le 4 juin dernier à Saint-Gence. Les marcheurs ont parcouru trois circuits pédestres de 6 km, 8 km et 14 km.

Cette année, le record de dons a atteint les 26 000 euros. Pour la Haute-Vienne, ce sont 190 marcheurs qui se sont mobilisés.

L’ensemble des fonds récoltés sera reversé intégralement à la Fondation Groupama pour la santé au profit de Caroline Capdevielle, jeune chercheuse à l’Inserm de Bordeaux.

Cette jeune femme, dans le cadre de sa thèse, effectue des travaux de recherche sur de nouvelles cibles thérapeutiques et des biomarqueurs qui permettront de soigner les enfants atteints de tumeurs cérébrales malignes.

Projet également soutenu par l’association « Éva pour la Vie ». Ce sont chaque année 2 500 nouveaux cas identifiés et 500 enfants qui décèdent de cette maladie.

Groupama Centre-Atlantique.

Lire la suite

Le pollinarium sentinelle de Limoges bientôt dans le réseau national

Publié le 03/06/2016

Ruralite > Santé >

La ville de Limoges s’est dotée d’un pollinarium sentinelle, situé aux jardins de l’Évêché. Celui-ci permettra une information plus performante des professionnels et une amélioration de la qualité de vie des personnes allergiques en adaptant les traitements aux émissions de pollens constatées.

 

Lire la suite

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -