La Haute-Vienne inquiète de son avenir

La Haute-Vienne inquiète de son avenir

Publié le 07/07/2017

Ruralite > Collectivités >

Territoire. Alors que les collectivités territoriales devraient connaître de nouvelles baisses de budget et que les grandes infrastructures semblent inaccessibles, les élus départementaux craignent une marginalisation de la Haute-Vienne.

Si la session plénière du Conseil départemental du 30 juin était officiellement consacrée au compte administratif 2016 et au budget suplémentaire 2017, elle aura surtout donné l’occasion à tous les groupes d’exprimer leur préoccupation relative à l’aménagement du territoire régional et au désenclavement de la Haute-Vienne. Que ce soit lors de leur intervention en début de séance ou des questions posées au préfet, les conseillers départementaux ont fait part de leurs doutes quant à la volonté des partenaires du Département pour lui permettre de disposer des grandes infrastructures qui conditionnent son développement. Le consensus régnait dans l’assemblée sur la nature de ces infrastructures : numériques, routières, ferrées et, dans une moindre mesure, aériennes.

Haut débit

Interrogé par Sarah Gentil, sur la différence de moyens alloués à la montée en débit entre la Corrèze et la Haute-Vienne, Jean-Claude Leblois a mis en avant la solidité des financements annoncés par la Haute-Vienne. Il a d’ailleurs confirmé à Jean-Marie Bost, conseiller départemental et président de Dorsal, que le Département était en mesure de débloquer plus rapidement que prévu les fonds afin d’accélérer la montée en débit. Le consensus sur les modalités techniques de l’accès au numérique n’est pas acquis au sein de l’assemblée départementale puisque Christelle Aupetit-Berthelemot, mentionnait l’existence d’autres technologies que la fibre (le réseau mobile par exemple), défendant en cela l’option annoncée aux Vaseix par le président de la République qui a renoncé à fournir la fibre à chaque foyer. Jean-Marie Bost a, pour sa part, déploré la position d’Emmanuel Macron : la feuille de route de Dorsal vise, à terme, à amener la fibre partout.

Le dossier du numérique, sur lequel le Département a d’importantes marges de manœuvre, semblait, lors de cette session plénière, être le seul susceptible d’aboutir et faire obstacle à la création « de réserves d’Indiens » que craignait Pierre Allard pour la Haute-Vienne.

Désenclavement routier

« Peut-on se contenter d’un doublement de la RN 147 sur 7 km entre Limoges et Bellac et ceci d’ici 2022 ? » interrogeait Raymond Archer tandis que Stéphane Veyriras plaisantait à demi : « nous savons que la sous-préfète de Bellac et de Rochechouart a choisi d’habiter à Bellac, au péril de sa vie et de celle de sa famille quand elle emprunte la RN 147 ». Le ton était donné, la RN 147 reste une priorité pour les élus départementaux alors que l’on parle d’une autoroute privée en lieu et place de l’aménagement de la nationale et du report des financements publics sur la RN 141, en Charente.

Réseau ferré

Lors des questions au préfet, le rapport Delebarre sur le désenclavement du Limousin faisait l’objet de toutes les incertitudes. Pour le préfet, il devait être rendu à la ministre des Transports, Élisabeth Borne, au début du mois de juillet tandis que le conseiller départemental Stéphane Delautrette corrigeait : « nul n’en connaît les conclusions dont nous croyons savoir qu’elles auraient été remises le 1er juin à la ministre » avant de s’interroger sur le délai dans lequel ces conclusions seront portées à la connaissance des principaux intéressés, les habitants du Limousin. « Dans le même temps, le milliard dépensé sur la ligne historique n’a pas encore permis d’améliorer le service entre Limoges et Paris. Prochainement, les montants dépensés sur cet axe dépasseront les financements nécessaires à la LGV », ajoutait-il avant de demander à l’État de contribuer au financement de l’aéroport dans la mesure où il n’est pas en mesure d’assurer une ligne ferroviaire de qualité.

Plusieurs élus se sont d’ailleurs interrogés tout haut ou ont interpellé le préfet, qui n’a pas apporté de réponse, sur les modalités de remboursement des sommes engagées par la Haute-Vienne pour le financement d’une ligne LGV qui devait desservir son territoire et qui n’arrive aujourd’hui qu’à Bordeaux.

Aéroport de Limoges

La loi NOTRe était venue réglementer la participation financière du Département qui ne pouvait contribuer que pour les lignes aériennes touristiques, les autres lignes échapppant à sa compétence. D’où une baisse de la contribution du Département, en attendant des éclaircissements réglementaires. Jean-Claude Leblois a indiqué que des rumeurs avaient accusé le Département de vouloir quitter le syndicat mixte gestionnaire de l’aéroport (SMALB), ce dont « il n’a jamais été question » a affirmé le président du Conseil départemental. « Malgré ce contexte pour le moins désagréable, le Département a continué à être force de proposition pour que le SMALB avance. » Des statuts sont en cours de rédaction, ils devraient officialiser l’entrée de l’Agglomération de Limoges dans le syndicat mixte et le niveau d’intervention financière de chaque membre. Une rallonge budgétaire de 750 000 euros a été votée, lors de la session plénière, pour le fonctionnement de l’aéroport de Limoges. Elle ramène, avec l’autorisation officielle de l’État, la participation du Département au niveau de l’exercice précédent en attendant la signature des nouveaux statuts, prévue en fin d’année.

Laboratoire départemental

De récents investissements ont été réalisés pour le laboratoire départemental d’analyses et de recherches pour moderniser le matériel. Un nouveau spectromètre de masse vient d’être livré et le personnel du laboratoire est actuellement en formation pour l’utliser. Jean-Louis Nouhaud, conseiller départemental rapporteur du dossier, a noté que la concurrence nationale, parfois inégale, entre laboratoires pouvait mettre en danger des outils comme le laboratoire départemental dont les plus gros revenus proviennent de la prophylaxie. Le Département travaille sur ces questions avec la CDAAS qu’il soutient financièrement pour le suivi sanitaire des troupeaux ovins et bovins. Une enveloppe est prévue pour le développement de l’autovaccin pour les ovins, une autre pour la lutte contre la paratuberculose bovine, une dernière pour la mise en place de mesures de biosécurité pour lutter contre la tuberculose bovine. Une précédente aide, qui sera bientôt soldée, contribuait au programme de lutte contre le varroa.

La plateforme Agrilocal 87, qui permet de mettre en relation des producteurs locaux et des acheteurs de cuisines collectives publiques, est en ligne depuis avril 2016. Un premier bilan montre que 80 % des collèges passent des commandes régulières auprès des 87 producteurs référencés. Le volume des commandes progresse et le Conseil départemental poursuit ses actions en faveur du développement de cette plateforme (communication, formation des personnels du cuisine, réflexion autour d’une charte...).

ESTELLE DUESO

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
beau temps

17°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -