Politique

Protéger, surtout les plus fragiles

Haute-Vienne
Jean-Claude Leblois
Le président du Département, Jean-Claude Leblois, comme lors du premier confinement, entend mettre en place tout ce qu'il faut pour assurer la protection de tous.

La voix se fait hésitante... Comme un écho à la situation actuelle. Joint par téléphone, confinement oblige, Jean-Claude Leblois pèse ses mots : « J'éprouve un sentiment de difficultés, dans une ambiance particulière, pesante. Une ambiance dans laquelle on n'aime pas se retrouver. » Bien sûr, le président du Conseil départemental de Haute-Vienne se satisfait de pouvoir s'appuyer sur l'expérience du premier confinement pour organiser les services départementaux face à ce nouveau confinement mais « ce que nous vivons est difficile à vivre ». Malgré tout, l'élu tient à le rappeler : « Je comprends et j'accepte ces mesures qui ne sont pas contestables. »

Pour autant, le président du Conseil départemental, au-delà de cette atmosphère pesante, entend préserver la continuité du service dû au public. « Le mot d'ordre, celui qui guide nos actes, c'est protéger. Toutes mes décisions, reconnaît-il, visent à protéger nos agents et les bénéficiaires de nos services. »

Surtout, Jean-Claude Leblois veut que la vie continue. Il l'illustre avec les aides accordées à l'agriculture haut-viennoise. « Dans le domaine agricole, nous avons répondu favorablement à une demande de la Chambre d'agriculture pour faire face à la sécheresse en accordant une aide de 25 000 euros, rappelle-t-il. De même pour les Cuma avec une enveloppe de 100 000 euros. » Ce fonctionnement est valable pour tous les secteurs où le Département est susceptible d'intervenir.

Inquiétudes sociales

Le Conseil départemental, face au reconfinement, a déjà pris des décisions difficiles. « Lors du précédent confinement, nous avions reporté  La culture au grand jour du printemps à cet automne », déplore Jean-Claude Leblois. Cette fois, la manifestation, qui permet aux habitants d'assister à des spectacles gratuits dans de nombreuses villes et de nombreux villages de Haute-Vienne, est annulée. Le Conseil départemental s'engage malgré tout à dédommager les compagnies et artistes qui devaient y participer. D'autres opérations sont également suspendues, comme les Matinées seniors destinées aux personnes qui rencontrent des difficultés avec l'informatique.

C'est bien dans le domaine social que ce nouveau confinement inquiète le président du Conseil départemental. « À la suite du printemps confiné, nous avons déjà constaté une aggravation des demandes sociales », s'alarme-t-il. De fait, le recours à ce qu'il appelle « le RSA profond », celui dont bénéficient les personnes qui se retrouvent sans aucun revenu, s'accélère. Et Jean-Claude Leblois craint que cette tendance s'accentue ces prochaines semaines.

Les aides mises en place au printemps pour soutenir les associations et les entreprises haut-viennoises sont reconduites pour ce nouveau confinement. Pour les entreprises, il s'agit d'avances de trésorerie et de subventions pour les associations les plus fragiles. « Certaines de ces associations, qui emploient du monde, peuvent se retrouver très vite en difficulté », souligne-t-il.

Dans la même thématique

Les élus du 15 mars sont entrés en fonction. L'élection des maires s'est déroulée sans problème. Les nouveaux élus et les sortants sont maintenant et enfin à pied d'œuvre.
Haute-Vienne
Avec les élus du 15 mars
Le préfet a réuni les maires de la Haute-Vienne pour leur présenter ou leur rappeler le fonctionnement des services de l'État directement en lien avec leur mandat.
Haute-Vienne
Un maillon essentiel du territoire