Agriculture

Le micro-ondes passe, l'herbe trépasse

Haute-Vienne
L'Agrocleanwave de Sanodev
Sanodev ne se contente pas de désinfecter les produits avec de la lumière pulsée, elle innove également dans le domaine du désherbage.

Bon, soyons francs : aucun d'entre nous ne s'amuserait à passer une mauvaise herbe au micro-ondes pour s'en débarrasser. Eh bien, à Sanodev, ils y ont pensé, tellement bien qu'ils ont réussi à créer une sorte de four à micro-ondes qu'on peut utiliser avec son tracteur. Ils sont forts, les ingénieurs de cette jeune entreprise de la Technopôle de Limoges (voir ci-dessus).

Aujourd'hui, pour les agriculteurs, en conventionnel comme en bio, le désherbage est un point majeur de leur métier. Et au-delà puisque le sujet, à travers en particulier l'utilisation du glyphosate, dépasse la profession pour s'inviter dans le débat politique et sociétal. Autant dire qu'une solution capable de se passer de chimie suscite de l'intérêt.

« Notre appareil génère un champ électromagnétique qui pénètre dans le sol et va éliminer les racines et graines qui s'y trouvent », explique Laure Sandoval, présidente de Sanodev. L'appareil se fixe sur la prise de force d'un tracteur. Les micro-ondes agissent sur les molécules d'eau et, par effet de friction, les échauffent jusqu'à la mort de la plante. L'intérêt majeur, outre l'absence de chimie, est de nécessiter un nombre réduit de passages et de n'avoir aucune rémanence. « En 24 heures, le sol revient à son état initial et il n'est pas du tout altéré », se félicite Laure Sandoval. Le plus gros inconvénient de cet outil est qu'il n'est pas du tout sélectif et éliminera ce qui se trouvera dans le champ électromagnétique, « y compris les vers de terre », regrette la présidente de Sanodev. En revanche, en jouant avec la profondeur d'action, on peut contrôler cet impact.

Bien des secteurs intéressés

Comme pour la lumière pulsée, Sanodev travaille avec la coopérative Limdor pour développer cet outil de désherbage. Mais si d'autres secteurs agricoles sont intéressés, comme les professionnels du cognac, d'autres très gros utilisateurs non agricoles de glyphosate sont à la recherche d'alternatives et sont très intéressés par le système de Sanodev. En revanche, dans le cadre de l'étude lancée au niveau gouvernemental sur les alternatives aux herbicides, l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) n'a pas pris contact avec Sanodev, selon Laure Sandoval.

L'entreprise basée à la Technopôle de Limoges poursuit ses recherches pour proposer à l'agriculture d'autres solutions. Le système Agroactiv par exemple utilise aussi la lumière pulsée mais cette fois-ci, il s'agit de désinfecter les plants. « Quand on expose des plantes à une forte lumière, ça stimule les défenses naturelles », explique Laure Sandoval. Autre piste de recherche : le plasma. « C'est un gaz électriquement énergisé », révèle Laure Sandoval. Le plasma n'est pas rémanent et il peut s'insinuer partout et aller ainsi désinfecter des zones que pourrait ne pas atteindre la lumière pulsée.

Dans la même thématique

Le pari était un peu fou mais Patricia Mingotaud et Gérard Degot l'ont relevé : ils se sont installés à Saint-Genest-sur-Roselle et lient agriculture et bien-être.
Haute-Vienne
Un rêve se concrétise
Entre crise de la Covid-19 et retour de la grippe aviaire, cette exploitation de canards gras tire son épingle du jeu grâce à une petite production commercialisée en circuits courts.
Haute-Vienne
La Ferme de Lauzanne se prépare