Retour au dossier L'édition 2020 du National limousin REPORTÉE à SEPTEMBRE 2021
Culture

C'est plus que juste, aller voir un film

Haute-Vienne
Noémie Bourdiol médiatrice cinéma
Noémie Bourdiol, médiatrice cinéma en Haute-Vienne, travaille depuis deux ans à soutenir et mettre en valeur quatre salles de cinéma indépendantes menacées par une grande concurrence.

Noémie Bourdiol exerce en tant que médiatrice cinéma sur le territoire de la Haute-Vienne depuis deux ans. Son poste ainsi que celui de dix-neuf autres postes de médiateurs cinéma ont été créés il y a trois ans par le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) et la Région Nouvelle-Aquitaine. L'objectif est de venir en appui des salles de cinéma indépendantes menacées par la concurrence des multiplex, plateformes de streaming... Noémie Bourdiol est alors en appui des salles de Saint-Léonard-de-Noblat (Le Rex), Saint-Junien (Ciné-Bourse), Eymoutiers (Le Jean-Gabin) et Saint-Yrieix-la-Perche (Arévi).

Envie de voir autre chose

Originaire de la région parisienne, la jeune femme a commencé son parcours cinématographique en se lançant dans une licence de médiation culturelle : " À l'époque la spécialité cinéma n'existait pas dans cette licence, c'était plutôt pour les musées. Mais j'ai toujours su que je voulais travailler dans le cinéma, pas dans la création mais dans la diffusion, pour faire connaître, mettre en valeur..." Noémie a enchaîné avec un master en gestion du patrimoine audio-visuel à l'INA avec une orientation cinématographique. Elle a ensuite travaillé pour le festival documentaire " Les écrans documentaires " en région parisienne. Ayant envie de voir autre chose, c'est ainsi qu'elle est arrivé en Haute-Vienne pour ce poste de médiatrice cinéma.

Ça prend beaucoup de temps

Après deux années d'expérience, Noémie Bourdiol avoue que son travail prend du temps. Son but est de créer du lien entre les quatre salles de cinéma dont elle est référente. Un moyen d'augmenter leur visibilité, d'avoir plus de poids dans la communication, de créer des événements communs, de partager les frais lorsqu'ils font venir un réalisateur par exemple, d'échanger des bonnes pratiques... Elle constate tout de même une évolution au niveau des spectateurs avec une augmentation sur les films arts et essais et jeune public. Le message qu'elle veut faire passer au public est de " venir dans les salles soutenir la proximité. Ce sont des lieux plus intimistes, plus sympas, ce n'est pas juste aller voir un film, c'est voir des gens, des intervenants, c'est presque un acte militant. Et les tarifs sont bas ! "

Dans la même thématique

Le Conseil départemental renforce son soutien au monde de la culture haut-viennois grâce à des mesures d'urgences qui complètent les dispositifs existants.
Haute-Vienne
Soutenir les nourritures de l'esprit
Léa Barraud, miaulétouse, a été élue Ambassadrice Limousin 2020/2021. Un concours de beauté qui prône l'inclusion et permet de mettre en valeur les territoires.
Haute-Vienne
Une chance accessible à toutes