Agriculture

la pesée outil de gestion des produits

Haute-Vienne
Pesée bovins
Vincent Berland, du gaec Berland au Bois malledent à vicq-sur-breuilh a adhéré à bovins croissance il y a 12 ans. il explique en quoi la pesée des animaux l'aide à gérer son troupeau.

Vincent Berland est installé depuis 1992. Il a créé quelques temps plus tard un Gaec avec ses parents puis, en 2006, après qu'ils aient pris leur retraite, une SCEA avec Christelle, sa compagne. Ils ont transformé la société en Gaec dès que la possibilité leur a été offerte.

Ensemble, ils gèrent un troupeau de 110 vaches mères sur 140 ha de SAU. Les produits sont pour la plupart engraissés. " Les mâles sont commercialisés en JB de moins d'un an, à un poids de carcasse objectif de maximum 350 kg*. Environ 25 génisses sont conservées pour le renouvellement, les autres (soit une trentaine) sont engraissées et vendues en petites génisses de Lyon, vers 16 mois à 300 kg de carcasse. Les vaches de réforme, conduites sous le cahier des charges Blason Prestige sont destinées à la boucherie ", explique-t-il.

Des pesées simples à réaliser

"J'ai adhéré à Bovins croissance il y a 12 ans après une discussion avec Arnaud Gaulupeau, aujourd'hui responsable du service. Comme les vêlages avaient tous lieu à l'automne, les pesées étaient simples à mettre en place ", ajoute Vincent Berland. L'organisation des bâtiments, très regroupés, et l'existence d'un couloir de contention central auquel s'est greffée une bascule ont également facilité la prise de décision.

Un outil d'aide à la décision

Le jeudi 25 mai, la pesée de 110 jeunes bovins, des mâles et des femelles répartis en neuf lots, a nécessité une heure et demie de travail. Cet exercice est renouvelé tous les 3 mois à 4 reprises maximum.

" Ce matin c'était la 3e pesée des veaux de l'année (une pesée est réalisée tous les trois mois). Pour les mâles, l'objectif est d'atteindre les 580 kg vif. Étienne Cazillac, le technicien Bovins croissance qui intervient dans mon élevage, calcule le GMQ de chaque veau, ce qui donne une idée plus précise de leur croissance. Il me propose ensuite un planning de sortie prévisionnel", ajoute Vincent Berland. "Les pesées et pointages des femelles nous permettent de repérer les futures vaches qui seront gardées sur l'exploitation. Toutes les femelles sont conduites à l'entretien ; celles qui ne seront pas retenues pour le renouvellement seront mises à l'engraissement en septembre", poursuit-il. Vincent Berland est vraiment très satisfait de ce suivi qui est "un apport de technicité important. Nous avons développé avec Étienne une relation de confiance. Nous échangeons beaucoup, il m'apporte un regard extérieur, il m'aide aussi à établir le plan d'accouplement de mes vaches en amenant des facilités de naissance, du lait et de la viande, en misant sur les taureaux d'IA puisque j'insémine 50 % de mon cheptel. Au final, 12 ans après mon adhésion à ce service, le niveau génétique de mon troupeau a vraiment progressé", conclut Vincent Berland.

Dans la même thématique

Si en vaches tout se passe plutôt bien, les marchés en jeunes bovins et en broutards s'avèrent difficiles.
Haute-Vienne
Des marchés en demi-teinte
Malgré le contexte sanitaire inédit de ces derniers mois, l'apprentissage demeure plébiscité. de nouvelles formations voient le jour et les aides devraient se renforcer.
Haute-Vienne
L'apprentissage a le vent en poupe