Agriculture

De simples stars du territoire

Haute-Vienne
Michel et Benoît Rousseau avec le taureau Nirvana
France Limousin Sélection a proposé à Michel et Benoît Rousseau, de Dompierre-les-Églises, de poser pour l'affiche de la prochaine édition du Concours national limousin.

La sélection, c'est comme la passion : parfois, ça se transmet de père en fils. Et la transmission de la passion, c'est le thème retenu par France Limousin Sélection pour le Concours national limousin qui aura lieu du 17 au 19 septembre, à Limoges, sur le Champ-de-juillet, au cœur de la ville. Un thème comme ça, comment l'illustrer ? Un père et un fils animés par la même passion pour la race bovine emblématique du Limousin ? Émilien Rouet, responsable de la communication à FSL, a eu une idée. « Émilien m'a appelé au début du mois de février, se souvient Benoît Rousseau, pour me proposer d'illustrer l'affiche du Concours national. Et on avait le week-end pour y réfléchir. » Benoît et son père Michel, éleveurs à Dompierre-les-Églises, n'ont guère hésité.

Quand Benoît s'est installé, à 20 ans, en 2012, il représentait la quatrième génération d'éleveurs sur cette exploitation sise au lieu-dit Ayres, à Dompierre-les-Églises. Autant dire que la transmission dans la famille Rousseau, on connaît. « Celui qui a acheté la ferme, c'est mon grand-père, en 1935, qui venait alors de Paris », s'en amuse Michel. À l'époque, l'exploitation produit des bovins et des ovins. Quand il s'installe à son tour, en 1986, Michel décide assez rapidement de délaisser les ovins pour se consacrer uniquement à la limousine. « Très vite, j'ai adhéré au Contrôle de performances pour entrer peu à peu dans la sélection. » Viennent alors les premiers concours. « Pas forcément pour être les meilleurs mais se confronter aux autres, partager des moments avec d'autres éleveurs, s'inspirer de ce que font les autres, faire de belles rencontres », disent en chœur le père et le fils.

En effet, Benoît a poursuivi le mouvement initié par son père concernant la sélection et l'inscription du troupeau au Herd-book limousin. « Nous, nous vivons avec la station de Lanaud », confie le jeune éleveur. Cette station sélectionne les meilleurs reproducteurs de la race limousine et le Gaec Rousseau s'y approvisionne avec à l'heure actuelle cinq à six taureaux qui en sont issus.

Parmi ces derniers, il y a Nirvana. Acheté en 2018 en copropriété avec le Gaec Camus Père et Fils, ce taureau fait la fierté de Michel et Benoît. À juste raison puisqu'il est bardé de prix remportés ici et là, dont certains au Salon de l'agriculture à Paris ou au Concours national limousin.

« Quand Émilien Rouet nous a proposé de poser sur l'affiche du prochain Concours national, nous nous sommes dit que Nirvana y avait toute sa place », précise Benoît Rousseau. L'éleveur savait aussi qu'il se montrerait docile durant la séance photo.

Cette docilité s'est concrétisée lorsque le photographe professionnel, Mathieu Jeanneau, est venu. « En une heure, tout était fini », se souvient Benoît. Et voilà comment cette affiche du National limousin où un fils, un père et leur taureau regardent dans la même direction, est née. « Ma mère, 82 ans, est contente », confie Michel. Au-delà de la fierté de valoriser leur métier et l'élevage limousin, tous les deux affichent surtout leur humilité et leur passion. Avec simplicité.

Dans la même thématique

Vendredi 19 mars, Sofrelim proposait pour la première fois une vente aux enchères en ligne, en live. Le bilan est plutôt encourageant.
Haute-Vienne
Elle a su rassembler les éleveurs
L'union de coopératives Ecoovi poursuit son chemin. Guillaume Metz, président, et Didier Poux, directeur, font un état des lieux de l'année écoulée.
Haute-Vienne
En 2020, on surfe sur la vague