Collectivités

Un indispensable partenariat

Haute-Vienne
Travaux publics en Haute-Vienne
Le 7 mai, le Département et la Fédération des travaux publics de Haute-Vienne ont tenu leur réunion annuelle qui leur permet de programmer les chantiers à venir.

Des routes et des ronds-points, des kilomètres de fibres optiques, des canalisations pour l'eau, des ponts ou encore des aires de covoiturage... Les travaux publics représentent un pan essentiel d'équipements dont les habitants ne pourraient plus se passer. Mais « culturellement, nous sommes des métiers où nous n'avons pas beaucoup de visibilité », constate Julien Delaye, président de la Fédération départementale des travaux publics de Haute-Vienne. D'où l'importance de la rencontre annuelle entre la fédération et le Conseil départemental qui a eu lieu le 7 mai, au siège de la FDTP, à Limoges.

« Les routes et les réseaux sont au cœur de nos compétences, souligne Jean-Claude Leblois, président du Département. Nous nous sommes efforcés de maintenir d'année en année un niveau d'investissement afin de garantir aux entreprises de la constance et de la visibilité. » Pour cette année 2021, le Département va investir plus de 21 millions d'euros sur le réseau routier départemental, à la fois sur des travaux neufs et sur de la réfection. Ce réseau routier départemental couvre 4 000 km pour 9 000 ouvrages d'art (ponts et autres) et quelque 680 murs de soutènement.

Les investissements du Département représentent de 30 à 40 % du chiffre d'affaires annuel réalisé par les entreprises du secteur. La FDTP Haute-Vienne compte 56 entreprises adhérentes, à 40 % pour les travaux routiers, 23 % pour les réseaux humides, 23 % pour les réseaux électriques, 10 % pour les terrassements et 4 % pour les ouvrages d'art et industriels. Ça représente de 1 400 à 1 500 salariés.

Arrêt de chantiers

« Nous ne pouvons pas fonctionner sur courant alternatif », déplore Julien Delaye. Les responsables de la fédération ont rappelé à quel point ils avaient besoin de constance, en particulier pour organiser les chantiers et prévoir la main-d'œuvre en conséquence. Or, eux comme les élus du Département s'inquiètent de la surenchère administrative. Ils dénoncent ainsi des dossiers ficelés, des chantiers démarrés qui se retrouvent arrêtés pour obtenir de nouvelles autorisations, notamment liées à l'environnement. « Ce qu'on voudrait, c'est avoir dès le départ toutes les demandes d'autorisation et ne plus avoir à y revenir une fois les chantiers démarrés », réclame Jean-Claude Leblois.

Dans la même thématique

Le Conseil départemental a passé une convention avec le lycée professionnel Jean-Monnet et l'Umih 87 pour permettre à des apprentis de travailler en restauration scolaire.
Haute-Vienne
Remettre les apprentis en cuisine
Au sortir du confinement et à l'aube d'une crise financière, économique et sociale, le Conseil Départemental a présenté son plan de relance mardi 2 juin en séance plénière.
Haute-Vienne
Plus qu'un plan de relance