Agriculture

Se démarquer encore et encore

Haute-Vienne
Gabriel Rodriguez, technicien verger à Limdor
La collaboration de Limdor avec Cooplim se solde par une très bonne valorisation des pommes récoltées à l'automne. Le bio poursuit son développement.

« Limdor va bien. La coopérative poursuit son développement », annonce tout de go Jean-Luc Soury, le directeur de la coopérative fruitière de Saint-Yrieix-la-Perche.

Malgré une récolte à hauteur de 60 % de la capacité du verger principalement pour cause de sécheresse, en 2020, le commerce a concerné 45 000 tonnes de pommes. La progression des volumes est liée au rapprochement avec la coopérative Cooplim, basée à Vars-sur-Roseix en basse Corrèze. « Limdor est une "association" de coopératives limousines. D'un point de vue organisation, tout se passe avec Limdor, en cohérence. Le suivi technique et le développement se font ensemble, ainsi que la commercialisation », poursuit le directeur. C'est d'ailleurs avant tout ce dernier point qui a poussé Cooplim à se rapprocher de Limdor. « Notre réseau commercial, tissé au cours des 30 dernières années, est intéressant. »

Le pool ainsi constitué compte 150 producteurs et 1 200 ha de vergers pour 45 000 tonnes de fruits cette année. Autant dire que le poids et la force de frappe auprès de la grande distribution sont augmentés. « Notre image se trouve renforcée aussi bien au niveau des distributeurs que des consommateurs. Avec plus de 40 000 tonnes de pommes, la coopérative reste encore à taille humaine mais c'est la dimension nécessaire pour être encore vivant demain », poursuit Jean-Luc Soury.

De bons prix

Le commerce se passe bien sur cette campagne. « La récolte de 2020 était faible (60 %) mais les prix de vente sont bons et les prix aux producteurs corrects », ajoute Jean-Luc Soury. Normalement, « en juillet, tout sera vendu ».

Les pommes sont toutes valorisées sous l'AOP Pommes du Limousin, la seule AOP de France. « Nos pommes sont présentes dans toutes les enseignes de grandes surfaces en France ; on les trouve en Espagne et un peu en Belgique », poursuit-il.

Le bio et la coop

Le verger bio de la coopérative permet la récolte de plus de 4 000 tonnes de pommes et représente aujourd'hui 12 % de la surface totale du verger.

« La variété principalement utilisée est la golden ; sa conduite a nécessité l'installation de bâches anti-pluie afin de réduire les risques de tavelure », explique Gabriel Rodriguez, technicien verger à Limdor. Des variétés bicolores complètent la gamme proposée et d'autres seront bientôt implantées. « Elles ont été testées puis vulgarisées chez quelques producteurs avant d'être diffusées plus largement », ajoute-t-il. On en saura plus très prochainement.

Dans la même thématique

Le pari était un peu fou mais Patricia Mingotaud et Gérard Degot l'ont relevé : ils se sont installés à Saint-Genest-sur-Roselle et lient agriculture et bien-être.
Haute-Vienne
Un rêve se concrétise
Dans le cadre du projet de "ceinture maraîchère", Limoges Métropole s'associe à l'association Ceinture Verte pour fonder une Société coopérative d'intérêt collectif (Scic).
Haute-Vienne
Accélérer les installations