Collectivités

L'agriculture et la ruralité mobilisent

Haute-Vienne
Alain Auzemery
Alain Auzemery vient d'être nommé vice-président en charge de l'Agriculture et de la Ruralité. Il raconte pourquoi ces missions l'animent.

Alain Auzemery connaît bien l'agriculture et la ruralité. Il a longtemps été conseiller commercial spécialisé dans l'agriculture à Groupama avant d'intégrer le site de Limoges et il est administrateur à la MSA. Il est aussi élu sur le territoire depuis de nombreuses années. Élu depuis 2008 à Bessines, il y occupe la place de premier adjoint au côté d'Andréa Brouille jusqu'en 2015, année de son élection en tant que conseiller départemental pour le canton d'Ambazac. Redevenu simple conseiller municipal « fléché » pour participer aux travaux de la communauté de communes Elan, il en devient le président en 2020.

Lors du dernier scrutin, Alain Auzemery a été reconduit à son poste de conseiller départemental et il a été nommé vice-président en charge de l'Agriculture et de la Ruralité.

« L'agriculture, c'est un domaine passionnant ; la ruralité c'est beaucoup d'agriculture. On est dans un département où il y a Limoges et la ruralité tout autour. On va travailler avec tout ça et les diversités », indique-t-il. Il souligne l'importance de se mobiliser pour conserver des chefs d'exploitation. « Dans un premier temps, nous ferons un état des lieux avec nos partenaires habituels que sont la Chambre d'agriculture, la FDCuma et les coopératives, dont la CDAAS qui est un partenaire important du Département, notamment du Laboratoire départemental », poursuit-il.

Il évoque ensuite « la plateforme Agrilocal vouée à développer l'approvisionnement en circuits courts des cantines des collèges et, plus tard, des Ehpad », ajoute Alain Auzemery. « Ceci est un enjeu ; on doit passer à la vitesse supérieure. Le président Jean-Claude Leblois est d'accord sur ce point. Afin de disposer de suffisamment de produits, nous devons participer à favoriser le développement de productions diversifiantes pour répondre à la demande et sécuriser les systèmes. On va voir comment tout pourra se mettre en place en lien avec les filières », remarque le vice-président.

La ruralité va quant à elle faire l'objet d'une réflexion sur les dispositifs à développer pour maintenir les services. « Nous devons identifier les carences des services à la personne et des services publics », remarque-t-il. Il évoque ainsi la question des médecins de campagne qui ne sont pas en nombre suffisant dans certains secteurs ; il parle également des personnes âgées et propose d'« imaginer » un maillage territorial de résidences séniors, Marpa ou foyers logements, susceptibles de les accueillir dans de bonnes conditions près de leur famille. « Je pense que ce sujet est à creuser », estime-t-il.

La ruralité semble par ailleurs avoir bénéficier positivement de l'effet Covid. « On a assisté au retour de citadins en zones rurales l'an dernier qui sont restés », ajoute-t-il. « On doit miser sur eux pour redonner de la dynamique aux territoires ». En plus, le déploiement de la fibre rend possible à la fois le télétravail et le développement de nombreux services via le numérique, ce qui est « un plus ». Tous ces premiers constats devront être analysés afin d'apporter des réponses au plus près du terrain, espère Alain Auzemery.

Le Département est déjà très impliqué sur ces deux sujets. Et va le rester. 

Dans la même thématique

Le 7 mai, le Département et la Fédération des travaux publics de Haute-Vienne ont tenu leur réunion annuelle qui leur permet de programmer les chantiers à venir.
Haute-Vienne
Un indispensable partenariat