Agriculture

En route pour le national !

Haute-Vienne
Le CNL 2021 sera l'occasion pour le Gaec Delage de se faire connaître et de se comparer aux autres.
Le Gaec Delage, installé sur la commune de Val-d'Oire-et-Gartempe, se prépare pour la première fois au Concours national limousin qui aura lieu du 17 au 19 septembre prochain à Limoges.

Depuis son installation, en 2019, Thomas Delage travaille main dans la main avec son père Jean-Marie. Installés au Fouilloux, sur la commune de Val-d'Oire-et-Gartempe, l'un développe la reproduction tandis que l'autre perpétue son système de naisseur-engraisseur. Leur rapport au monde des concours reste pour l'instant timide d'après eux : "Notre participation au Concours national limousin est une première", avoue Jean-Marie Delage. "Ce sera une bonne occasion de nous faire connaître", ajoute son fils.

Une première expérience réussie

Une première expérience ? Pas tout à fait puisque Thomas a déjà côtoyé le grand ring, avec sa vache Néna, lors du Concours général agricole de Paris en 2020. Née en 2017, c'est une vache dont la génétique a marqué l'élevage. Elle présente de très bons atouts et une grande docilité "mais elle est aussi rusée quand elle veut !" Ses qualités ont fait leurs preuves puisqu'elle s'est classée 3e à Paris, une grande fierté pour Jean-Marie et Thomas, la sélection pour Paris étant très rude. Avec ses anciens propriétaires, André et Liliane Thimonier, Néna avait été présentée au festival de l'élevage à Panazol en 2018, à Magnac-Laval en 2019 où elle s'est classée 3e et au National limousin à Périgueux où elle a terminé 5e au sein de sa section. Participer au CNL cette année était donc une suite logique pour Néna et une nouvelle opportunité de faire savoir que l'élevage Thimonier, très connu du monde de la sélection, est devenu l'élevage du Gaec Delage.

Se préparer pour le National

Jean-Marie et Thomas amèneront donc Néna, qui a aujourd'hui 4 ans, ainsi qu'une autre génisse de 3 ans et une dernière de 2 ans. La préparation est minutieuse, "il faut arriver à bien maîtriser leur alimentation, il faut qu'elle soit équilibrée", explique Jean-Marie Delage. "Jusqu'à présent elles étaient à l'herbe, on vient juste de les rentrer", souligne-t-il. "On en prend soin, elles restent en petits lots", précise Thomas Delage. Elles seront bien surveillées jusqu'au mois de septembre, "il lui reste 70 kg à prendre", remarque Thomas en parlant de sa protégée. Pour l'occasion, elles devront se faire toutes belles, les ongles limés, les poils brossés... Une vraie préparation de concours !

L'envie de se faire plaisir

"Nous avions envie de mettre en valeur notre élevage, le style de bêtes que l'on recherche et surtout de nous faire plaisir", racontent le père et le fils. "Et puis c'est à Limoges cette année, renchérit Jean-Marie. C'est un peu comme si on jouait à domicile. Niveau logistique, c'est plus simple et puis ça permet d'attirer la clientèle, elle pourra venir directement sur l'exploitation voir les bêtes."

En attendant le jour J, le duo d'éleveurs préfère garder la tête froide : "Si on arrive dans le top ce sera déjà pas mal", annoncent-ils. Ils restent concentrés sur les bêtes : "Il va falloir stabiliser l'alimentation pour qu'elles gardent une bonne forme, qu'elles soient au meilleur " pour le National.

Dans la même thématique

Cours en berne, sécheresse, Seymour Morsy a pris la mesure des difficultés de l'agriculture haut-viennoise lors d'une visite au GLBV.
Haute-Vienne
le préfet en visite au GLBV
Comme annoncée, la collecte de pommes est inférieure à d'habitude avec des calibres plus petits que les années précédentes.
Haute-Vienne
Des pommes jolies mais peu nombreuses