Agriculture

Labours festifs à Azat-le-Ris

Haute-Vienne
Alexandre Vincent, finale départementale de labour à Azat-le-Ris
La finale départementale de labour a eu lieu le 28 août à Azat-le-Ris, dans le cadre de la Fête de l'Agri'Culture organisée par les JA de Haute-Vienne.

Alors que les premiers visiteurs arrivent, les organisateurs règlent les derniers petits problèmes, le sourire aux lèvres parce que la météo sera de la partie, avec du beau temps et une chaleur tout à fait acceptable. Les JA de Haute-Vienne peuvent souffler ; malgré les incertitudes liées à la Covid-19 et les difficultés que ça aura occasionné, leur traditionnelle Fête de l'Agri'Culture a bien lieu, ce samedi 28 août à Azat-le-Ris. Dans le canton, les jeunes agriculteurs se sont investis et une cinquantaine de bénévoles ont mis la main à la pâte durant deux jours pour tout mettre en place. Le point d'orgue de cette journée sera, bien évidemment, la finale départementale de labour.

Dès le matin, les concurrents de la finale s'entraînent sur une parcelle voisine des lieux de la fête. Pendant ce temps-là, les bénévoles, vêtus de leur beaux tee-shirt réalisés spécialement pour l'occasion préparent les repas de midi. Le nombre de ces repas est un bon indicateur du succès de la manifestation et les organisateurs se réjouissent des quelque 150 repas servis qui correspondent peu ou prou aux chiffres habituels. À la buvette, bières, cafés et autres migets éclaircissent les gosiers. Certains visiteurs, plutôt professionnels, déambulent entre les différents matériels agricoles exposés. Parfois, les yeux brillent d'envie.

Une tradition haut-viennoise

Charcuterie, frites, bavette (d'Opalim), fromage et pomme avalés, il est temps de passer aux choses sérieuses. À savoir, la finale de labour. Et on voit bien que le public, plus ou moins averti, est là pour ça. En planches ou à plat, les concurrents s'élancent sous la surveillance des membres du jury. À la tête de ce jury, David Eyrichine, vice-président de France Labour, ancien champion de France, qui a participé au Mondial de labour au Kenya en 2017 et agriculteur à Solignac, n'est pas avare de conseils et d'anecdotes. « Je suis un expert en labour depuis 30 ans », lance-t-il en souriant. Surtout, fier d'être « un laboureur haut-viennois », il s'évertue à perpétuer cette tradition du labour, bien ancrée en Haute-Vienne. Même s'il regrette que cette édition 2021 rassemble trop peu de participants.

Peut-être qu'ils n'étaient pas assez nombreux, mais les dix laboureurs présents à Azat-le-Ris se sont donné à fond pour creuser les plus beaux sillons. Et le spectacle est à la hauteur de leurs ambitions, à les voir prendre le temps de régler leur charrue, observer la trace qu'ils viennent de faire, mesurer les écarts entre les rangs... Pendant un peu plus de deux heures, en planches ou à plat, ces jeunes agriculteurs, de 16 à 35 ans comme le veut le règlement, se sont escrimés à labourer droit et beau leur parcelle. Le tout dans une ambiance bon enfant. Et animé, pour la dernière fois, par Michel Assier, un passionné qui a accompagné de la voix les fêtes des JA de Haute-Vienne pendant de nombreuses années.

Dans la même thématique

La situation du marché au cadran du pays arédien est critique parce qu'il manque d'apports. Si les éleveurs ne se mobilisent pas pour sauver cet outil, le couperet tombera fin mars.
Nouvelle Aquitaine
Le Cadran de Saint-Yrieix, dernier appel
Des hausses de charges rencontrées par la coopérative Limovin et des éleveurs confrontés à des difficultés techniques et de trésorerie compliquent les derniers exercices.
Haute-Vienne
La gestion des agneaux est primordiale