Santé

Une disponibilité au service de tous

Haute-Vienne
Signature convention de disponibilité au centre de secours de Bellac. SDIS 87
Sept sapeurs-pompiers, employés à la CCHLEM, ont signé une convention de disponibilité leur permettant d'assurer au mieux leurs missions.

Être sapeur-pompier volontaire (SPV), un réel engagement de ces hommes et ces femmes qui décident de se rendre disponibles à chaque instant pour la sécurité de tous. Malheureusement les accidents et incendies n'attendent pas 17 h, que leur journée de travail soit terminée, pour se manifester. Pour remédier à ces « incompatibilités d'agenda », le SDIS a mis en place un système de convention de disponibilité. C'est un accord tripartite signé entre l'employeur, le sapeur-pompier volontaire et le SDIS. Une action qui a d'autant plus de sens en Haute-Vienne où l'écrasante majorité des pompiers sont des volontaires (962 de volontaires contre 212 de pros). 248 conventions ont déjà été signées à ce jour dans le 87.

Vendredi 3 septembre, c'était au tour de sept sapeurs-pompiers volontaires des centres de Bellac, Le Dorat et Magnac-Laval de signer leur convention de disponibilité. Leur employeur, la communauté de communes du Haut Limousin en Marche.

Le lieutenant Olivier Vignaud, chef du centre de secours de Bellac, faisait partie des sept signataires. Responsable des services techniques de la communauté de communes du Haut Limousin en Marche depuis 20 ans, il est heureux de pouvoir officialiser les choses : « Ça se faisait depuis longtemps, nous étions libérés pour partir sur le terrain, mais là c'est acté » et ça fait la différence. En effet, la convention définit les conditions et le seuil des autorisations d'absence afin que le sapeur-pompier pompier volontaire puisse exercer ses missions opérationnelles ou se former sur son temps de travail. Cet accord permet ainsi d'anticiper les éventuelles absences afin d'éviter tout dysfonctionnement préjudiciable.

Un plus pour l'employeur

Fils de pompier professionnel, Olivier Vignaud a depuis toujours eu envie d'exercer cette passion. Il a choisi la voie du volontariat ce qui lui permet de concilier une vie professionnelle à côté. Une aubaine pour son employeur. Avoir un sapeur-pompier volontaire dans son équipe contribue à la sécurité de son entreprise. Le SPV est un guide dans l'identification des risques et la mise en place des mesures de sécurité. Il est également un secouriste aguerri qui peut intervenir en cas d'accident. En Haute-Vienne, 142 employeurs sont conventionnés dont 60 % d'employeurs publics et 40 % de privés.

Une évolution des
interventions

Depuis plus de 30 ans de service, Olivier Vignaud a constaté un changement dans le type d'interventions. « Aujourd'hui il y a beaucoup plus de service à la personne », souligne-t-il. Les chiffres recensés auprès des 30 centres de secours de la Haute-Vienne le prouvent. Parmi les 18 408 interventions, 64 % relèvent du secours à la personne, 15 % d'aide aux personnes, 7 % d'incendies, 6 % d'accidents de la circulation, 4 % d'opérations diverses, 2 % de protection des biens et 2 % de risques technologiques.

Dans la même thématique

Un groupe de sept volontaires découvre le quotidien du métier de sapeur-pompier au sein du Sdis 87. Une mission assurée dans le cadre de leur Service national universel (SNU).
Haute-Vienne
Le SNU, s'engager pour l'avenir
Lors de la rentrée scolaire, le président Jean-Claude Leblois et plusieurs conseillers départementaux ont déjeuné à la cantine du collège de Nantiat, un repas 100 % local.
Haute-Vienne
Des collégiens nourris au local