Que l'agriculture soit aussi festive

Gilles Deconchat, président de l'association organisatrice du Festival de l'Agriculture de Panazol.
Le Festival de l'Agriculture, organisé par l'association éponyme et la Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne, aura lieu à Panazol les 24 et 25 septembre.

Comment définiriez-vous cette édition du Festival de l'agriculture, prévu les 24 et 25 septembre à Panazol ?

Gilles Deconchat, président de l'association Festival de l'agriculture : Même si c'est la huitième, c'est bel et bien l'édition du renouveau, pour nous les organisateurs comme pour tous ceux qui attendent cet événement. L'an dernier, nous n'avons pas voulu organiser le festival parce qu'il y avait le Concours national limousin à Limoges et que nous ne voulions pas doublonner. L'année précédente, nous avons été dans l'obligation d'annuler à cause de la Covid-19. Après deux ans d'absence, 2022 est donc bien un renouveau pour nous tous. Ce renouveau confirme une évolution déjà perceptible sur les éditions précédentes. Au départ, il s'agissait de mettre en avant l'élevage bovin à travers l'organisation du concours départemental limousin. Aujourd'hui, il s'agit bien de célébrer et de mettre à l'honneur toute l'agriculture haut-viennoise. Avec la volonté de faire toujours mieux. Nous espérons que beaucoup de monde viendra parce que, au-delà des difficultés de l'agriculture, nous voulons être optimistes et bien mettre l'accent sur l'aspect festif de ce rendez-vous.

Le Festival de l'agriculture est organisé par l'association et la Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne, avec le soutien de la ville de Panazol et de Limoges Métropole. Comment se traduit ce soutien ?

G. D. : L'implication de la ville de Panazol est très importante depuis plusieurs années, rejointe les deux dernières éditions par Limoges Métropole. Ces collectivités nous soutiennent techniquement et financièrement. Cette année, la ville de Panazol va encore plus loin avec des actions en direction des enfants. Il y aura donc des manèges pour les plus jeunes. Surtout, la ville va offrir un repas à tous les enfants de Panazol, des enfants qui pourront faire le lien, sur place, entre ce qu'ils mangent et ceux qui produisent leur nourriture. C'est important parce que c'est l'essence de ce que nous voulons faire avec le Festival de l'agriculture : créer du lien entre les professionnels et le grand public. Et les enfants font partie de ce grand public. Toujours pour eux, la Chambre d'agriculture a élaboré un jeu de piste avec des lots à récupérer sur notre stand. Cette relation avec les enfants, nous l'avons créée depuis longtemps. Du coup, toujours avec la Chambre, nous reconduisons le concours créatif avec les écoles. Une douzaine d'écoles y participe. Il s'agit de réaliser une œuvre artistique sur le thème de l'agriculture. Les œuvres seront exposées à la Chambre d'agriculture et le jury, composé d'éleveurs, d'élus et de membres de la Chambre d'agriculture, en récompenseront certaines. La remise des prix a lieu en novembre et, pour nous, c'est un grand moment de rencontre avec les enfants et leurs parents.

Quels événements vont marquer cette édition ?

G. D. : Le Concours départemental limousin est évidemment un moment attendu. Nous avons déjà plus de deux cents animaux inscrits et tous les éleveurs récompensés au National du Mans seront présents. Du coup, nous avons vraiment un concours top niveau. Ce sera aussi la première fois que nous accueillerons dans le cadre du Festival de l'agriculture, le Concours national des porcs cul noir du Limousin. Enfin, là aussi pour la première fois, nous aurons un marché de producteurs de pays, avec une vingtaine de producteurs représentant toute l'agriculture haut-viennoise. Il y a bien d'autres animations. Mais, vraiment, notre volonté est de créer du lien entre les agriculteurs et les urbains, montrer l'importance de l'élevage sur les paysages, pour l'économie, pour le milieu rural.

Dans la même thématique

La déléguée interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti LGBT, Sophie Élizéon, a passé sa journée du 16 décembre à Limoges.
Lutter contre les préjugés
Les 1re année des écoles vétérinaires ont fait une semaine de découverte à Limoges, préfigurant la future école vétérinaire souhaitée par le président de Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset.
Un modèle pour la formation

Les dossiers