Economie

Simplement les mains dans la terre

Nouvelle Aquitaine / Haute-Vienne
Marion Degabriel, potière, a choisi de travailler le grès, une terre qu'elle aime particulièrement, et de mêler l'utile et le beau avec chaque création.
Marion Degabriel, potière, a choisi de travailler le grès, une terre qu'elle aime particulièrement, et de mêler l'utile et le beau avec chaque création.
Quelques-unes des créations de Marion Degabriel.
Quelques-unes des créations de Marion Degabriel.
Marion Degabriel travaille sa terre sur le tour jusqu'à obtenir l'épaisseur puis la forme désiré. elle aime les formes rondes, harmonieuses.
Marion Degabriel est potière. Installée à Montrol-Sénard, elle a opté pour un métier passion il y a une dizaine d'années et propose de nombreux objets à la fois utiles et beaux.

"Quand j'ai eu mis les mains dans la terre, ça a été une évidence." C'est avec ces quelques mots que Marion Degabriel, potière de son état à La Tamanie, à Montrol-Sénard, aborde son choix professionnel qu'elle a fait il y a dix ans, à tout juste 24 ans. Un choix qu'elle a fait sciemment, après avoir eu le "déclic".

Une formation adaptée

Comme beaucoup, une fois le bac en poche, "je suis allée à la fac, en socio. Après un an, j'ai arrêté et j'ai enchaîné sur une saison en Savoie. C'est là-bas que j'ai pris conscience de mon intérêt pour les métiers de la terre", avoue-t-elle. Une fois rentrée, elle décide de rencontrer Diane Poitras, une artiste de renom installée à Mortemart qui travaille l'argile depuis toujours. C'est à ses côtés, quand elle a concrètement essayé la poterie, que tout a vraiment commencé.

"La Haute-Vienne est le département des arts du feu. Du coup, j'ai contacté l'AFPI Limousin (NDLR : organisme spécialisé dans les bilans de compétences et la formation continue) et j'ai passé un BTS en alternance intitulé "concepteur, modeleur en art industrie céramique" chez Raynaud (un porcelainier), à l'atelier modelage situé à la Fabrique à Saint-Junien", raconte Marion. Bien que cette expérience soit très formatrice, le milieu industriel de la porcelaine ne convient pas à la jeune femme. Elle décide alors de réintégrer l'atelier de Diane Poitras. "Diane m'a donné beaucoup de conseils, d'astuces. Au final, je me suis davantage retrouvé sur le tournage que sur le modelage", avoue la jeune femme.

Après l'obtention de son BTS en 2011, elle s'est lancée. C'était il y a tout juste 10 ans. C'était le 1er octobre 2012.

Des débuts moitié-moitié

"Au début, je travaillais aussi en tant qu'AESH. J'accompagnais des enfants en situation de handicap à Javerdat, Bellac, Blond, Saint-Bonnet-de-Bellac. C'était un bon compromis, c'était chouette. Mais à un moment, j'ai choisi de me consacrer uniquement à la poterie, de me consacrer à des choses que j'aime", poursuit-elle.

De belles rencontres

Aujourd'hui, Marion vit au rythme des saisons et reste la seule décisionnaire de son emploi du temps. "Tous les jours, je me crée un rythme, je fais ma production, du stock pour les expositions. Je travaille aussi à la commande qu'on me passe par le bouche-à-oreille car j'ai un bon réseau. Je propose également des ateliers d'initiation à la poterie pour les petits et les grands, essentiellement pendant les périodes de vacances scolaires", ajoute Marion. "En plus de m'apporter un revenu supplémentaire, ces formations d'initiation génèrent des rencontres au cours desquelles se créent des rendez-vous car les stages se succèdent dans le temps", précise-t-elle. Dans son atelier, qui est petit, elle n'accueille que 4 personnes à la fois. Parfois, "je fais ces formations au Rucher animé, une ferme pédagogique installée à Cieux, où un espace est dédié à l'accueil d'artisans. Cette action commune permet de faire connaître les différents artisans du territoire car il y a une super dynamique dans le coin", note-t-elle.

Associer élégance et sobriété

Marion travaille du grès au tour qu'elle se procure chez Ceradel, à Panazol. Un autre grès, de la terre de Baillet, est destiné au modelage. "Le grès est une terre que j'adore. J'ai décidé de prendre le contrepied par rapport à l'existant et, avec les méthodes de Diane Poitras et mes connaissances en porcelaine, je travaille l'aspect, je donne à mes poteries un côté plus fin. Ma façon de tourner génère des parois plus fines. J'aime en outre ce qui est circulaire, j'aime travailler les courbes. Je recherche à associer l'élégance à la sobriété, à concilier les deux", explique Marion.

Parfois, "on travaille à quatre mains avec des amis artistes", révèle-t-elle. Ainsi, Fanny Fa est illustratrice à Peyrat-de-Bellac. Ensemble, elles proposent des créations poétiques où s'associent les personnages de Fanny Fa et la poterie de Marion. Elle marie aussi ses talents à ceux de Minocha Family pour réaliser des poteries assorties de gravures. "On crée ainsi des choses utiles embellies", aime-t-elle souligner. Ses créations sont également parfois commercialisées en coffret avec des objets en feutre ou bien des savons au lait de brebis par deux autres artistes du secteur.

Où découvrir ces objets ?

En ces périodes de fêtes de fin d'année, les poteries en grès de Marion Degabriel sont exposées à la Galerie des Métiers, 12, avenue Garibaldi à Limoges. Sa page Facebook permet de les découvrir en avant-première, ainsi que les objets issus de ses travaux à "quatre mains". Et si l'envie venait de lui passer commande, n'allez pas sur place : contactez-la au 05 44 22 96 72.

Dans la même thématique

Le GLBV et Sofrelim œuvrent à établir une contractualisation avec leurs filiales et leurs clients privés. Mais l'exercice se heurte à de nombreuses difficultés.
Nouvelle Aquitaine / Haute-Vienne
Un exercice nécessaire mais difficile
28/04/2023
Economie

Et demain

Extrait du rapport d'orientation du président Patrick Blanc.
Et demain

Les dossiers