Politique

Les candidats s'expriment

Nouvelle Aquitaine / Haute-Vienne
Les élections législatives anticipées 2024 auront lieu les 30 juin et 7 juillet.
Deux questions ont été adressées à l'ensemble des candidats aux législatives anticipées sur le territoire haut-viennois. Voici les réponses (extraits).

Dans le cadre des élections législatives anticipées, nous avons interrogé les quatorze candidats dans les trois circonscriptions du département sur les sujets qui leur tiennent à cœur et ce qu'ils considèrent comme LA priorité pour le territoire. En voici les réponses dans l'ordre du tirage au sort officiel de la préfecture.

1re circonscription :

Élisabeth Faucon (Lutte Ouvrière, elle s'exprime également au nom de Claudine Roussie et Daniel Mournetas, candidats de son parti dans les 2e et 3e circonscriptions) : Les travailleurs ne peuvent compter que sur eux-mêmes et sur leurs luttes. Voter RN est évidemment se tirer une balle dans le pied, mais voter pour des politiciens de tout bord ne changera pas le sort des travailleurs. Je veux défendre l'idée que les travailleurs ont la force et doivent contester cette domination, d'abord parce qu'ils font tout fonctionner dans la société. S'en donner les moyens ne passera jamais par un bulletin de vote mais par l'organisation des travailleurs dans un parti ouvrier pour qu'ils retrouvent la confiance. Les travailleurs ne doivent pas tomber dans le piège du repli national, de la division. Tous les problèmes que vivent les travailleurs sont les conséquences des attaques sans merci des capitalistes pour maintenir les profits sur le dos des couches populaires. Il est vital que les travailleurs refusent toute division, toute concurrence entre eux. Les idées de l'extrême droite sont un poison, comme toutes les politiques de repli sur soi, de souverainisme ou de protectionnisme. L'antidote est la lutte de classes de tous les travailleurs, quelles que soient leur nationalité, leur origine, leur couleur de peau ou leur religion.

Damien Maudet (Nouveau Front Populaire) : Il est pour moi évident que l'accès aux soins est un de mes principaux sujets de campagne. Depuis 2022, la dégradation s'accélère et dans le même temps le gouvernement passe des milliards d'économies par 49.3 sur le budget des hôpitaux. Cela doit cesser, nous cotisons, nous avons droit aux soins ! Sur le territoire, les urgences de Saint-Junien ferment régulièrement, celles de Limoges sont débordées, le service de pneumologie de Chénieux a fermé les hospitalisations, le tout sur un fond d'une désertification médicale grandissante. Il est temps d'arrêter les sacrifices sur la santé des Français et des Haut-Viennois.

Vivre de son travail est sans doute un des sujets essentiels. Il traverse le pays. J'ai moins de 30 ans et, pourtant, j'ai connu un temps où l'on pouvait vivre, partir en vacances lorsqu'il y avait un salaire. Aujourd'hui, même un couple qui bosse n'a plus accès à la vie digne. Le travail doit payer davantage. Enfin, j'ai porté à l'Assemblée une proposition de loi pour une viande 100 % française dans les cantines. C'est une mesure de bon sens pour la santé financière des éleveurs.

Isabelle Négrier (Arc Républicain) : Le président de la République a décidé de dissoudre l'Assemblée nationale. La France n'a jamais connu une aussi grande colère et un tel effondrement la plongeant dans une situation inédite et chaotique. Nous avons choisi l'indépendance et nous ne céderons pas un millimètre de terrain à ceux qui veulent déstabiliser la République. Certains voudraient nous faire croire que le choix est entre Le RN ou LFI. C'est faux ! En Haute-Vienne, vous avez un autre choix, celui de l'Alternative Républicaine et de rendre fiers les Haut-Viennois. Notre cap est : l'intérêt général, en développant notamment les savoir-faire régionaux ; favoriser l'emploi et permettre de vivre dignement de son travail ; le désenclavement du territoire par de meilleures voies routières et ferroviaires et la poursuite du développement des services publics en milieu rural ; ne pas oublier le développement touristique de notre territoire.

Camille Dos Santos De Oliveira (Rassemblement National) : Je suis très sensible à la situation des parents isolés, qui peinent de plus en plus à vivre dignement. Ces situations sont souvent invisibilisées et oubliées des réformes politiques. Il en va de même pour les retraités et nos aînés. Nous devons travailler avec les collectivités pour trouver des solutions afin de briser leur précarité et leur solitude. Sans oublier les travailleurs. Je soutiendrai donc avec les autres députés du Rassemblement National une loi pour baisser la TVA à 5,5 % sur toutes les énergies et revaloriser les salaires de 10 % avec exonération des charges patronales. Localement, la santé est un enjeu crucial. Nous devons créer des pôles médicaux pour assurer l'accès aux soins. Tous ces points sont des priorités pour la dignité des Français.

Serge Moretti (Debout la France) : La première préoccupation est la population de Limoges que je saurai soutenir à l'Assemblée nationale. Ma priorité est de consulter le peuple, écouter les populations, toutes sans exceptions. Le Limousin est une région rurale, un grand soutien sera apporté à nos éleveurs et agriculteurs en favorisant et valorisant les circuits courts. La sécurité bien évidemment est au cœur de toutes les préoccupations de nos populations. Redonner autant que faire se peut un plus grand pouvoir d'achat à nos concitoyens, mais aussi, contribuer à l'amélioration des transports publics en Limousin ; combler les déficits ruraux pour tous les soins médicaux dont nos populations ont besoin.

Dans la même thématique

Sous l'égide du PNR Périgord Limousin, un programme européen Life autour des abeilles sauvages recensées en Nouvelle-Aquitaine vient d'être lancé.
Ces abeilles qui peuplent nos parcs
Patrick Bourrat a été élu le 18 septembre en tant que président de la MSA du Limousin. Deux axes de travail marqueront son mandat, les élections 2025 et la MSA 2025-2030.
Nouvelle Aquitaine / Haute-Vienne
L'élu de tous et de tous les territoires

Les dossiers