Politique

Un budget de combat

Nouvelle Aquitaine / Haute-Vienne
Le président du département, Jean-Claude Leblois, présente le budget primitif 2023 en conférence de presse.
Dans son budget primitif 2023, le département de la Haute-Vienne annonce un investissement de 80 M€ avec une enveloppe spécifique d'un million en plus pour l'agriculture.

Le président du Département de la Haute-Vienne, Jean-Claude Leblois, a présenté, en amont de la session plénière du jeudi 2 février, ses orientations pour le budget primitif de 2023. Un budget de 80 M€ contre 83 M€ l'an dernier que le président qualifie de "de combat ou de survie". Ce budget traduit la volonté de l'élu socialiste de maintenir le lien avec le développement local malgré un contexte de crise et de suppression de recettes fiscales. Même si le gouvernement a annoncé une compensation, ajoute le président : "Celle-ci ne sera que partielle."

Un million en plus pour l'agriculture

Dans le territoire haut-viennois, l'agriculture constitue un atout majeur et l'orientation budgétaire du département traduit son importance. Pour sa politique agricole, le Département décline son budget à travers plusieurs dispositifs d'aides directes aux agriculteurs et à leurs groupements. Il soutient aussi les organismes qui interviennent au profit de ce secteur. Le Département investit au total un million d'euros de plus pour l'agriculture.

Ainsi, les jeunes agriculteurs bénéficieront d'une aide départementale qui vient en complément de la Dotation jeune agriculteur (DJA) et peut atteindre 4 600 €. À cela s'ajoute une aide aux Coopératives d'utilisation de matériel agricole (Cuma) pour encourager l'achat de matériel et l'offre en produits maraîchers pour les circuits courts. Des aides qui seront attribuées en fonction d'une bonne pratique environnementale.

"Nous ne sommes pas responsables du manque de médecins sur notre territoire mais nous pouvons le rendre attractif"

Une vision, des besoins

Jean-Claude Leblois, s'alarme de l'augmentation du coût des dépenses sociales, notamment du RSA (+ 4 %). "Le chômage baisse et le nombre des allocataires augmente, cherchez l'erreur. Il y a des radiations, ça ne veut pas dire que ces gens travaillent, ils tombent dans le RSA", précise-t-il. Une situation qui risque de s'aggraver avec la réforme chômage. Cette réforme gouvernementale réduit la durée des cotisations pour les bénéficiaires, et ils seront contraints de réclamer le RSA. Le président s'indigne de cette hypocrisie de chiffres et souligne la complexité de la réalité sociale de ces bénéficiaires, un public que l'on ne peut pas "laisser de côté et sans dignité", ajoute-t-il.

Les enjeux de la santé sont également très importants. À ce titre, le Département prévoit la création d'un dispositif d'accompagnement des Maisons de santé pluri-professionnelles dont l'investissement serait porté par les communes ou les établissements publics de coopération intercommunale.

Enfin, le volet sport aura une attention particulière avec le vote d'un "plan stratégique" de réalisation d'équipements sportifs pour les collégiens, les scolaires comme le futur stade d'athlétisme ; confortement des activités du site de Saint-Pardoux ; le développement du site de Cheops etc.. Le tout est de rendre ce territoire attractif et "où il fait bon de vivre".

Dans la même thématique

La Mission locale rurale de Haute-Vienne accompagne de 1 800 à 2 000 jeunes par an. Jusqu'à l'emploi s'il le faut.
Nouvelle Aquitaine / Haute-Vienne
Un tremplin vers l'emploi

Les dossiers