Politique

Prioriser la souveraineté alimentaire

Gabriel Attal, Premier ministre.
Le Premier ministre, Gabriel Attal, a tenu une conférence de presse ce mercredi 21 février pour répondre aux demandes du monde agricole qui reste mobilisé avant le Salon de l'agriculture.

Face à la pression qui n'est pas retombée à l'approche du Salon de l'agriculture, le Premier ministre Gabriel Attal a pris les devants lors d'une conférence de presse mercredi matin. S'il a commencé par dresser un bilan des engagements pris par le gouvernement en réponse aux manifestations agricoles de janvier et février, il a aussi annoncé ce que lui et ses ministres comptaient faire pour améliorer la situation des agriculteurs. En premier lieu, dans le cadre de la - très attendue et régulièrement repoussée - loi d'orientation agricole (LOA), la souveraineté alimentaire de la France sera définie comme un intérêt fondamental de la Nation, au même titre, par exemple que la Défense. C'est le premier enjeu des six listés par Gabriel Attal.

« La LOA sera enrichie par cet article et s'accompagnera d'une stratégie », a précisé le Premier ministre. Concernant l'élevage, un plan spécifique est en cours de discussion et il sera dévoilé lors du Salon de l'agriculture.

Protéger les agriculteurs

Le deuxième enjeu a trait au métier d'agriculteur. « Nous allons nous attacher à protéger les agriculteurs contre les recours pour nuisance », avec un texte qui devrait être adopté à la mi-avril. Quant aux retraites agricoles, le gouvernement se fixe pour objectif de construire un système améliorant la situation sans pénaliser d'autres agriculteurs. Là, l'échéance est plutôt à l'automne dans le cadre de textes liés aux finances.

Si Gabriel Attal se félicite des lois EGAlim, il reconnaît que « les rééquilibres sont à renforcer ». Une mission parlementaire est chargée d'élaborer un projet de loi d'ici l'été en tenant compte de « la construction des prix en marche avant depuis la production, les industriels et la grande distribution ». Au niveau européen, la France va pousser pour qu'une loi équivalente puisse être écrite.

Un certain nombre de mesures sont déjà prises pour soulager les agriculteurs et améliorer la compétitivité des exploitations. Ainsi, l'emploi de saisonniers agricoles sera quasiment totalement exonéré de cotisations sociales et le secteur sera déclaré en tension afin de pouvoir faire appel à la main-d'œuvre étrangère. En ce qui concerne l'élevage, « nous allons alléger les impôts et les charges sociales dès cette année 2024, » a précisé Gabriel Attal.

Face à la concurrence déloyale, le Premier ministre se veut ferme : « Nous appliquerons un principe simple, si c'est interdit pour nos agriculteurs, ça ne rentre pas sur notre territoire ». Il prend l'exemple d'un néonicotinoïde, le thiaclopride, dont un décret interdira l'importation de produits (des fruits et légumes) traités avec ce pesticide interdit en France.

Renouveler les générations

Sur la simplification, Gabriel Attal veut poursuivre le travail déjà engagé avec les syndicats agricoles. Déjà des textes ont été modifiés en ce sens et le Premier ministre a demandé aux préfets de modifier ou d'abroger des arrêtés quand c'était possible ou nécessaire. Près de 2 800 contributions sont déjà remontées du terrain vers le ministère de l'Agriculture. « On sait que ça ne va pas toujours assez vite mais nous faisons tout pour aller le plus vite possible ».

Enfin le sixième enjeu définit par le Premier ministre est le renouvellement des générations. La future LOA va intégrer de nouveaux dispositifs pour faciliter la transmission des exploitations. il y aura donc un droit à l'essai, la possibilité de cumuler des exonérations ainsi qu'un crédit d'impôt dédié à la transmission. Le foncier devrait également faire l'objet d'un article.

Gabriel Attal s'est engagé à rencontrer une fois par mois les responsables professionnels agricoles pour faire le point avec eux sur les engagements pris. « Le Salon de l'agriculture est un moment de fierté pour les agriculteurs», a-t-il pu conclure à quelques jours de son ouverture.

Dans la même thématique

Dans le cadre de son AG, la CDAAS a organisé une table ronde sur le thème : Les nouveaux enjeux sanitaires de l'élevage et la façon de les appréhender.
Nouvelle Aquitaine / Haute-Vienne
La santé humaine a tant à apprendre
Patrick Bourrat a été élu le 18 septembre en tant que président de la MSA du Limousin. Deux axes de travail marqueront son mandat, les élections 2025 et la MSA 2025-2030.
Nouvelle Aquitaine / Haute-Vienne
L'élu de tous et de tous les territoires

Les dossiers